Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Directeur administratif et financier
Directeur administratif et financier

29/02/2008

Dans un environnement professionnalisé, le rôle des DAF se transforme. Les profils pointus, alliant vision stratégique et aptitudes managériales, sont les plus pertinents.

Le cadre législatif et réglementaire du secteur social et médico-social évolue, les missions du directeur administratif et financier (DAF) aussi. Historiquement, le DAF avait un rôle essentiellement opérationnel, voire d'exécution, avec une responsabilité en matière d'achat et de gestion du patrimoine, ainsi que la tenue et la validation des comptes de l'association, chaque établissement tenant les siens. « Mais depuis deux à trois ans, le secteur a vu la mise en place des contrats d'objectifs et de moyens et les groupements de coopération, à quoi il faut ajouter un nouveau cadre réglementaire et comptable », explique Anne-Valérie Dommanget, responsable du département gestion, évaluation et financement à la Fegapei. Autant de nouvelles réglementations qui ont peu à peu élargi les missions, demandé des compétences nouvelles et repositionné le DAF au sein de la direction. « Aujourd'hui, on raisonne de manière transversale et globale au niveau du siège », résume Martine Pin, DAF de l'Association régionale des infirmes moteurs cérébraux de la région Rhône-Alpes (26 millions d'euros de budget). Fini donc le temps du DAF technicien, bienvenue au DAF stratège! Exemple : « On est passé d'une politique de remplacement des biens et des matériels à une politique d'anticipation et d'adaptation de la réponse aux besoins », explique Martine Rollin, DAF de l'Association familiale de l'Isère pour enfants et adultes handicapés intellectuels (100 millions d'euros de budget). Elle confirme ainsi que les contrats d'objectifs et de moyens obligent à s'engager sur la durée et sur des objectifs partagés avec le financeur.

Un excellent communicant

Des objectifs qui doivent, en outre, être mesurables via des indicateurs. La dimension de contrôle de gestion prend ainsi une place essentielle afin de produire à tout moment une photographie précise de la situation financière et comptable. « Aujourd'hui, nous suivons les budgets de chaque établissement. Nous devons donc développer des outils pertinents comme des tableaux de bord. Ils sont présents dans le privé mais encore peu utilisés dans notre secteur », explique Martine Pin. De plus, en supervisant désormais la gestion des établissements en lien direct avec les directeurs, le DAF doit également posséder des qualités de manager et être un excellent communicant.

Cette complexité de la fonction peut-elle alors nécessiter de recruter des professionnels venant du monde de l'entreprise? « Il peut effectivement être intéressant d'importer des techniques du privé », estime Thérèse Bony, DRH de l'association Chrysalide à Marseille qui vient d'embaucher une nouvelle DAF, venue d'un cabinet d'expert comptable. L'année précédente, elle avait commandé à un cabinet de conseil une étude sur les savoir-faire essentiels des postes stratégiques, qui lui a permis de dresser un portrait-robot du candidat idéal pour ce métier.

Master en gestion

Aujourd'hui, le destin tout tracé des comptables ayant fait carrière dans le secteur et devenant DAF est de plus en plus incertain (1), sauf à être régulièrement et sérieusement formés au cours de leur parcours professionnel. Des profils universitaires de type master en gestion ou ayant au minimum un diplôme d'études comptables et financières sont désormais courtisés. Encore, faut-il pouvoir les attirer sur le plan financier. Selon la Fehap, la fonction de DAF n'est pas répertoriée dans la convention collective de 1951. Dans la pratique, les établissements négocient au cas par cas, en fonction du profil et de leurs moyens. En revanche, la convention collective de 1966 reconnaît la fonction depuis 2001 pour un salaire de base d'environ 3300 euros bruts, hors compléments de rémunérations. Ce revenu ne permet pas encore de concurrencer le secteur privé. Mais étant donné l'intérêt sucité par la fonction, celle-ci pourrait attirer de jeunes diplômés, ou des candidats plus expérimentés, désireux de donner un nouveau sens à leur carrière.

(1) Lire Direction(s) n˚ 16, p. 39

Manuel Jardinaud

Point de vue

Rose Crocilla, directrice administrative et financière de l'Adapei Ardèche

« Aujourd'hui, nos financeurs sont de véritables techniciens qui ont une bonne formation en comptabilité et en gestion. Si nous n'avons pas les mêmes compétences et la même expertise, nous ne pouvons pas répondre à leurs questions, souvent ardues. Nous nous devons de produire des réponses chiffrées et argumentées. Cet aspect-là est nouveau dans le secteur. C'est l'une des raisons pour lesquelles les associations ont besoin de profils pointus et formés ».


La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires


Le Magazine

N° 212 - septembre 2022
Bientraitance. Une vigilance permanente
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
LES PEP CBFC

DIRECTEUR ADJOINT D'ETABLISSEMENT MEDICO-SOCIAL (H/F)

Fondation Casip-Cojasor

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT (EHPAD) H/F

ALTERITE

DIRECTEUR GENERAL ADJOINT (H/F)

ADDSEA – Insertion Prévention Jeunes

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

Département de la Haute-Savoie

RESPONSABLE PLATEFORME DEPARTEMENTALE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Les candidatures sont closes !

La cérémonie de remise des prix se tiendra
le jeudi 1er décembre, à Paris.

Inscrivez-vous pour y assister.


En partenariat avec : 

         

sub Aap Découvrez Direction[s] Clés en vidéo En savoir plus Je m'abonne