Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Opérateur de téléassistance
L’opérateur de téléassistance, toujours au bout du fil

19/04/2017

Il ne gère pas seulement les urgences  : c’est aussi un professionnel à l’écoute des abonnés, doté à la fois de sensibilité et de présence d’esprit.

L’opérateur de téléassistance écoute, rassure et conseille les personnes âgées, malades ou handicapées, qui sont reliées à une centrale de téléassistance. Il peut déclencher une alerte en cas de problème (chute, étouffement, perte de connaissance, etc.). Un métier en développement puisque le marché ne cesse de croître – 560 000 clients en 2015 d’une moyenne d’âge de 85 ans et 5 673 500 appels traités sur une année selon l’Association française de téléassistance. Les 11 membres de l’Afrata reçoivent 5,7 millions d’appels par an.

Lieux d’exercice

Les opérateurs de téléassistance exercent dans des services, souvent filiales de réseaux d’aide à la personne, de mutuelles ou d’assurances. En France, il existe une vingtaine de ces structures, dont cinq qui comptent chacune plus de 40 000 abonnés. Les plates-formes fonctionnent souvent 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Ces professionnels interviennent généralement dans le cadre d’un projet de maintien à domicile et peuvent être amenés à prendre le relais des intervenants en matière d’écoute. Surtout en contact avec des particuliers, ils peuvent aussi être connectés à des établissements et services.

Sans être des travailleurs sociaux, les opérateurs de téléassistance doivent être néanmoins sensibilisés aux difficultés des publics fragiles et, tout en restant attentifs aux appels, savoir faire la part des choses entre l’urgence supposée et celle d’une situation réelle. S’il s’agit d’un problème grave, ils doivent alerter les intervenants identifiés par la centrale au niveau local (voisins, famille), ainsi que les premiers secours, si nécessaire. Leurs qualités premières : une grande capacité d’écoute, de reformulation et d’analyse, sans oublier la réactivité. De plus, savoir communiquer avec une personne âgée ou en souffrance requiert une bonne gestion du stress. À terme, les services de téléassistance ont vocation à se développer au-delà du traitement des urgences vers plus d’accompagnement, de conseil et de suivi sanitaire.

Rémunération et conditions de travail*

D’après des données fournies par les principales centrales associatives, les salaires vont de 1 600 euros brut mensuels en début de carrière à 2 300 euros en fin.

Diplôme et formation

Il n’existe pas de diplôme pour exercer ce métier. Les centrales embauchent des salariés qui ont une expérience des services à la personne, comme par exemple d’aide à domicile. Les postulants (le plus souvent des femmes) sont généralement recrutés au niveau bac + 2, puis formés par les centrales. Celles-ci fonctionnent majoritairement sur la base du tutorat. La formation, assurée par les plus anciens, est composée d’une première étape sur le plateau d’écoute. Elle peut être complétée par des formations spécifiques sur les secours ou la connaissance des publics.

 

* Chiffres au 1er janvier 2017


À lire

Guide des métiers et certifications des services à la personne, 2012, de l'Agence nationales des services à la personne (ANSP) sur le site de la DGE : www.entreprises.gouv.fr

 

En savoir plus

Direction générale des entreprises (DGE), rubrique Services à la personne : 

www.entreprises.gouv.fr

Association française de téléassistance : www.afrata.org

Publié dans le magazine Direction[s] N° 153 - mai 2012


La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires


Le Magazine

N° 189 - septembre 2020
Accès aux soins. Quel remède miracle ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
CDSEA 91

Chef(fe) de service dispositif ITEP

EHPAD LINARD

CADRE DE SANTE (H/F)

ANAA-CMPP

DIRECTEUR(TRICE) MEDICAL(E)

ADAPA

Directeur.rice Général.e.

Fondation Vincent de Paul - Secteur Enfance

DIRECTEUR (H/F)


Voir toutes les offres
Agenda
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

sub Aap Découvrez Direction[s] Clés en vidéo En savoir plus Je m'abonne