Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Interprète médical et social
L’interprète médical et social, porte-parole des maux

04/05/2022

Un travail de traduction fidèle et objectif : c’est la mission de ce professionnel sollicité par des services sociaux et médico-sociaux pour les usagers qui ne parlent pas français.

L’interprète social et médical est un facilitateur du dialogue entre les personnels des services sociaux, médicaux, éducatifs et administratifs et les publics ne maîtrisant pas le français. Par exemple, il intervient dans le cadre de consultations médicales, d’entretiens avec une assistante sociale pour une demande de logement ou de CMU, une réunion parents-professeurs… Il doit donc maîtriser et comprendre le fonctionnement du système social et médical français, connaître la langue et les codes culturels de l’usager non francophone et s’assurer que la réponse du professionnel est bien comprise. Il doit aussi respecter la confidentialité des échanges, s’abstenir de tout jugement, et adopter une posture impartiale.

Lieux d’exercice

Ces interprètes travaillent pour des associations intervenant dans des hôpitaux, des centres de protection maternelle et infantile (PMI), d’aide sociale à l’enfance (ASE), de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), des missions locales, des écoles, etc. Ils peuvent être salariés ou free-lance et doivent être assermentés pour travailler pour la justice. En 2012, dix associations représentant 700 interprètes ont défini une charte encadrant la pratique du métier et définissant sa déontologie. La loi de modernisation du système de santé du 26 janvier 2016 reconnaît que « la médiation sanitaire et l’interprétariat linguistique visent à améliorer l’accès aux droits, à la prévention et aux soins des personnes éloignées des systèmes de prévention et de soins, en prenant en compte leurs spécificités ». La Haute Autorité de santé a diffusé un référentiel de compétences, de formation et de bonnes pratiques de la médiation en santé.

Rémunérations et conditions de travail

Leurs interventions peuvent être facturées à l’heure, au forfait, via un marché public ou encore sous forme de subvention directe à l’association. Les salaires sont donc très variables (de 10 euros de l’heure à 1 800 euros par mois) selon leurs employeurs et les demandes de traduction.

Diplôme et formation

L’université Paris 7 Denis Diderot a créé, en 2012, un diplôme universitaire (DU) de médiateur interprète dans les services publics s’adressant aux diplômés de master 2 en traduction ou interprétation qui souhaitent se spécialiser, aux traducteurs et interprètes en activité désirant se former à la médiation multilingue et aux personnels de structures sociales et médicales amenés à servir de médiateurs. Pour intégrer cette formation (de janvier à juin, elle comprend 100 heures de cours), il est nécessaire de parfaitement maîtriser la langue française ainsi qu’au moins une langue étrangère. Les associations employant des interprètes proposent également des formations internes non diplômantes.

Validation des acquis de l’expérience : oui

Mariette Kammerer avec Flore Mabilleau

À lire

L’interprétariat médico-social : une exigence éthique, Laurence Kotobi, in La Santé en action n° 442, décembre  2017

En savoir plus 

La charte de l’interprétariat médical et social et le Réseau de l’interprétariat médical et social (RIMES) : à consulter sur le site : migrationssante.org

Décret du 5 mai 2017 relatif à la médiation sanitaire et à l’interprétariat linguistique dans le domaine de la santé

Interprétariat linguistique dans le domaine de la santé, Référentiel de compétences, de formation, et de bonnes pratiques, HAS, 2017

Université Paris 7 Denis Diderot : http://www.eila.univ-paris-diderot.fr


La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires


Le Magazine

N° 212 - septembre 2022
Bientraitance. Une vigilance permanente
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
LES PEP CBFC

DIRECTEUR ADJOINT D'ETABLISSEMENT MEDICO-SOCIAL (H/F)

Fondation Casip-Cojasor

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT (EHPAD) H/F

ALTERITE

DIRECTEUR GENERAL ADJOINT (H/F)

ADDSEA – Insertion Prévention Jeunes

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

Département de la Haute-Savoie

RESPONSABLE PLATEFORME DEPARTEMENTALE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Les candidatures sont closes !

La cérémonie de remise des prix se tiendra
le jeudi 1er décembre, à Paris.

Inscrivez-vous pour y assister.


En partenariat avec : 

         

sub Aap Découvrez Direction[s] Clés en vidéo En savoir plus Je m'abonne