Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Surveillant de nuit
Le surveillant de nuit apporte soins et sécurité aux résidents

18/04/2018

Dans un établissement avec hébergement, ce professionnel qualifié assure la sécurité et la garde des enfants ou des adultes durant la nuit.

La nuit, il veille sur le sommeil des usagers. Selon l’établissement et le public (personnes âgées, handicapées, en difficultés sociales, etc.), le surveillant de nuit peut être amené à effectuer de nombreuses tâches : faire des rondes, changer des résidents, participer à la distribution de traitements médicamenteux, accompagner et écouter les personnes, réceptionner les appels téléphoniques, etc. Il est aussi chargé de donner l’alerte en cas de problème. Le surveillant de nuit travaille en lien avec le responsable de service et en conformité avec le projet d’établissement. Ses principales qualités : il sait adapter son comportement, sa pratique professionnelle à des situations critiques ; créer et développer une relation de confiance et d’aide avec l’usager ; identifier, analyser et prévenir les risques, définir les actions correctives ; utiliser une procédure, une réglementation spécifique à son secteur.

À noter. Le métier implique isolement et solitude : aussi, deux visites à la médecine du travail sont obligatoires chaque année d’exercice.

Lieux d’exercice

Il peut être présent dans tous les établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux avec hébergement : foyers, internats, maisons d’enfants, instituts médico-éducatifs (IME), centres d’hébergement, etc. En 2017, plus de 10100 surveillants de nuit qualifiés travaillaient dans la branche associative sanitaire, sociale et médico-sociale (Bass).

Rémunération et conditions de travail*

Dans la convention collective de 1966, les surveillants de nuit qualifiés peuvent prétendre à un salaire de 1 550 euros brut en début de carrière pour atteindre jusqu’à 1 856 euros en fin. Et dans la fonction publique hospitalière, les rémunérations pouvant correspondre à celles des agents des services hospitaliers qualifiés de classe normale, vont de 1 522 euros à 1 719 euros brut en fin de carrière.

Diplôme et formation

Si aucun cursus particulier n’est exigé pour exercer, les surveillants de nuit qualifiés qui relèvent de la convention collective de 1966 doivent avoir suivi une formation spécialisée d’une durée minimale de 203 heures reconnue par la commission paritaire nationale de l’emploi et de la formation professionnelle. Près de 70 centres habilités par la CNPE la dispensent. Accessible en formation continue, elle n’est pas diplômante mais qualifiante.

* Chiffres au 1er janvier 2018

En savoir plus

Répertoire national des certifications professionnelles : certification de surveillant, visiteur de nuit (enregistrement valable jusqu’en 2018) sur www.rncp.cncp.gouv.fr

Avenant n° 284 de la CCN 66 du 8 juillet 2003 (surveillant de nuit qualifié)

Répertoire des métiers de la fonction publique hospitalière : www.metiers-fonctionpubliquehospitaliere.sante.gouv.fr

Enquête emploi 2017 de l'Observatoire et de l'organisme collecteur Unifaf de la Bass : www.unifaf.fr


La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires


Le Magazine

N° 190 - octobre 2020
Managers du public. Donneurs de sens
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
ANAA-CMPP

DIRECTEUR (H/F)

UDAF de la Sarthe

DIRECTEUR DES SERVICES MJPM (H/F)

INSTITUT DE FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL

FORMATEUR (H/F)

IpSIS

DIRECTEUR MULTI ETABLISSEMENTS (H/F)

Afiph

Directeur d'établissement H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

sub Aap Découvrez Direction[s] Clés en vidéo En savoir plus Je m'abonne