Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Grenelle contre les violences conjugales
«Mieux repérer les victimes handicapées»

20/11/2019

Claire Desaint, co-présidente de l'association Femmes pour le dire, Femmes pour agir, livre les enseignements du Grenelle sur la délicate question de la violence faite aux femmes handicapées.

Claire Desaint, co-présidente de l'association Femmes pour le dire, Femmes pour agir

Que ressort-il de votre groupe de travail ?

Claire Desaint. Devant l’ampleur du sujet, nous demandons à disposer de statistiques sur les violences faites aux femmes handicapées en France. Leur isolement permet l'éclosion de violences dans le milieu familial comme au sein des institutions. Elles ne sont pas bien informées de leurs droits ; porter plainte leur est beaucoup plus difficile, tout comme partir. Elles sont particulièrement dépendantes de leur proche y compris économiquement, l'allocation aux adultes handicapés (AAH) étant allouée au couple… Et les centres d'hébergement pour victimes sont rarement accessibles.

Quelle est la situation dans les institutions ?

C.D. Un manque d'intimité d'abord. Ces femmes, qui ont l'habitude des soins, ont du mal à percevoir ce qui relèverait de l'agression. D'autant que les professionnels ne sont pas suffisamment formés pour repérer les signes de violence, ni pour intervenir. Nous recommandons un corpus d'obligations dans les établissements qu'ils s'engageraient à respecter. Il faudrait aussi que la prochaine enquête « Violences et rapports de genre » (Virage) n'oublie pas ces structures. Où l'accès aux soins doit être amélioré : beaucoup n'ont jamais fait de frottis ni de mammographie ! À ce titre, l'initiative Handigynéco en Île-de-France, y facilitant l'intervention de sages-femmes, est remarquable.

Quelle doit-être la priorité à l'issue du Grenelle ?

C.D. La formation, initiale et continue de tous les professionnels.les de l’accompagnement et de la santé, mais aussi des pairs, au droit à la vie sexuelle et affective et au repérage des violences. Il faut donc des moyens supplémentaires aux associations pour qu'elles forment des formateurs.trices ainsi que des conventions pérennes.

L'approche du Grenelle était très intéressante : montrer que le handicap est un problème global, au croisement de tous les sujets (éducation, justice, santé...). Il serait dommage que, faute de moyens, cette ambition retombe à plat !

Propos recueillis par Laura Taillandier

Publié dans le magazine Direction[s] N° 181 - décembre 2019






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 190 - octobre 2020
Managers du public. Donneurs de sens
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
ANAA-CMPP

DIRECTEUR (H/F)

UDAF de la Sarthe

DIRECTEUR DES SERVICES MJPM (H/F)

INSTITUT DE FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL

FORMATEUR (H/F)

IpSIS

DIRECTEUR MULTI ETABLISSEMENTS (H/F)

Afiph

Directeur d'établissement H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.