Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Responsabilité pénale
Un directeur d’association peut être poursuivi pour prise illégale d'intérêts

13/05/2013

Pour la Cour de cassation, un directeur d’association gestionnaire peut être reconnu comme chargé de mission de service public et ne peut donc avoir d’intérêts personnels avec une entreprise prestataire sous peine d’être poursuivi pour délit de prise illégale d’intérêts.

Dans une décision du 30 janvier 2013, la chambre criminelle de la Cour de cassation confirme que les associations gestionnaires d’établissements et services sociaux ou médico-sociaux (ESSMS) entrent bien dans le champ d’application de l’article 432-12 du Code pénal, qui définit et réprime le délit de prise illégale d’intérêts.

Selon le Code pénal, « le fait, par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public ou par une personne investie d’un mandat électif public, de prendre, recevoir ou conserver, directement ou indirectement, un intérêt quelconque dans une entreprise ou dans une opération dont elle a, au moment de l’acte, en tout ou partie, la charge d’assurer la surveillance, l’administration, la liquidation ou le paiement, est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende ».

Confusion d'intérêts

Dans cette affaire, le directeur d’une association tutélaire s’était rendu coupable d’agissements attestant d’une confusion manifeste entre ses intérêts propres, ceux de l’association qu’il dirigeait et ceux des majeurs protégés dont il avait la responsabilité. Il avait, en effet, fait souscrire tant pour le compte de l’association que pour le compte des majeurs protégés des contrats (assurances et travaux de construction en particulier) avec des sociétés pour lesquelles il agissait comme agent commercial.

Parmi les arguments soulevés en défense, le directeur prétendait n’être chargé d’aucune mission de service public au sens de l’article 423-12 précité.

La Cour de cassation estime, au contraire, l’infraction caractérisée, et considère que « doit être regardée comme chargée d’une mission de service public, au sens de l’article 423-12 du code pénal, toute personne chargée, directement ou indirectement, d’accomplir des actes ayant pour but de satisfaire à l’intérêt général peu important qu’elle ne disposât d’aucun pouvoir de décision au nom de la puissance publique ».

Agir avec prudence

Cette décision confirme une jurisprudence antérieure (Cass, Crim 3 avril 2007, n° 06-83801) et ne constitue donc pas une totale surprise.

Elle doit toutefois inviter les dirigeants d’associations gestionnaires d’ESSMS à faire preuve de la plus grande vigilance, et à proscrire toute forme de relations économiques entre l’association qu’ils dirigent et un quelconque prestataire dans lequel ils auraient des intérêts directs ou indirects. Le délit de prise illégale d’intérêts a un champ d’application très vaste en ce sens où il ne suppose pas-même, pour être constitué, l’existence d’un intérêt personnel apparent… et que l’on peut fort bien être reconnu coupable de l’infraction sans s’être enrichi à titre personnel !

Source : arrêt de la chambre criminelle de laCour de cassation du 30 janvier 2013, n°11-89224

Laurent Cocquebert, avocat au barreau de Paris






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 204 - janvier 2022
Droits et libertés des publics. Vingt fois sur le métier
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
C.D.E Leclerc Chauvin

Cadre socio-éducatif (H/F)

Association Mlezi Maoré

Directeur d'IME/SESSAD H/F

Association Mlezi Maoré

CHEF DE SERVICE ESR/SAMIF/ADMINISTRATEUR AD’HOC H/F

CAP DEVANT

RESPONSABLE MAINTENANCE TECHNIQUE (H/F)

FEDERATION APAJH

Directeur Adjoint F/H


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.