Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Economie sociale et solidaire
La loi encadrant le secteur est parue

01/08/2014

Définition du champ de l’ESS et de la notion d’utilité sociale, encadrement du nouvel agrément d' « entreprise solidaire d'utilité sociale », promotion de l’action des associations… la loi relative à l’économie sociale et solidaire, publiée au Journal Officiel du 1er août, consacre le secteur et vise à faciliter son financement.

Presqu’un an après le début de son examen au Parlement, la loi relative à l’économie sociale et solidaire (ESS) a été définitivement adoptée le 21 juillet dernier et publiée au Journal Officiel du 1er août.

La reconnaissance légale de ce secteur et la définition de son périmètre devraient permettre, comme le souhaite le gouvernement, de faciliter son développement.

Champ de l’ESS

La définition de l’économie sociale et solidaire est posée par l’article 1er de la loi. Appartiennent à l’ESS les coopératives, mutuelles, associations et fondations, ainsi que les sociétés commerciales, qui poursuivent un but autre que le seul partage des bénéfices, affichent une gouvernance démocratique et une orientation des bénéfices consacrée à l'objectif de maintien ou de développement de l'activité et respectent le principe d’impartageabilité des réserves obligatoires.

Les sociétés commerciales doivent par ailleurs s’engager dans leurs statuts à rechercher une utilité sociale et à encadrer la répartition de leurs bénéfices.

Définition de l’utilité sociale

Le texte fixe trois cas dans lesquels une entreprise est considérée comme « poursuivant une utilité sociale » :

  • Lorsqu’elle a pour objectifs d’« apporter […] un soutien à des personnes en situation de fragilité soit du fait de leur situation économique ou sociale, soit du fait de leur situation personnelle et particulièrement de leur état de santé ou de leurs besoins en matière d'accompagnement social ou médico-social » ;
  • Si elle contribue à la « lutte contre les exclusions et les inégalités sanitaires, sociales, économiques et culturelles, à l'éducation à la citoyenneté, notamment par l'éducation populaire, à la préservation et au développement du lien social ou au maintien et au renforcement de la cohésion territoriale » ;
  • Si elle concourt au développement durable « dans ses dimensions économique, sociale, environnementale et participative, à la transition énergétique ou à la solidarité internationale », sous réserve que ses activités soient liées à un des deux objectifs précédents.

Agrément « entreprise solidaire d'utilité sociale »

Un nouvel agrément « entreprise solidaire d'utilité sociale » vient se substituer à l’actuel agrément « entreprise solidaire ». L’article 11 de la loi en fixe les conditions d’octroi. Il est notamment précisé que l’entreprise doit poursuivre comme objectif principal la recherche d'une utilité sociale et que sa politique de rémunération doit être encadrée selon certaines modalités, définies par le texte.

L’article liste par ailleurs les structures de l’ESS bénéficiant de plein droit de l’agrément. Parmi elles : les entreprises d'insertion, les entreprises de travail temporaire d'insertion (ETTI), les associations intermédiaires (AI), les ateliers et chantiers d'insertion (ACI), les services de l'aide sociale à l'enfance (ASE), les centres d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS), les entreprises adaptées (EA), les établissements et services d'aide par le travail (Esat), les établissements et services accompagnant et accueillant des enfants et des adultes handicapés.

Commande publique

Contrairement à ce qui avait été voté par le Sénat en première lecture, la loi ne prévoit désormais plus d’élargir le périmètre des marchés réservés aux EA, Esat et structures équivalentes.

En revanche, la partie sur le développement des achats publics socialement responsables est bien conservée. Au-delà d’un montant annuel d’achats fixé par décret, l’acheteur public devra ainsi adopter un schéma établissant des objectifs à atteindre en matière de marchés intégrant des clauses dites « sociales ».

Action des associations

Plusieurs dispositions visent à encourager l’action des associations. L’article 62 autorise notamment le gouvernement à prendre par ordonnances des mesures relevant du domaine de la loi « afin de simplifier les démarches des associations et des fondations auprès des administrations » (en adaptant les conditions d'obtention de financements, les modalités d'enregistrement, d'agrément et de reconnaissance d'utilité publique notamment).

La fusion des associations est par ailleurs facilitée et la subvention publique encadrée. Selon les termes de l’article 59 :

« Constituent des subventions […] les contributions facultatives de toute nature, valorisées dans l'acte d'attribution, décidées par les autorités administratives et les organismes chargés de la gestion d'un service public industriel et commercial, justifiées par un intérêt général et destinées à la réalisation d'une action ou d'un projet d'investissement, à la contribution au développement d'activités ou au financement global de l'activité de l'organisme de droit privé bénéficiaire. Ces actions, projets ou activités sont initiés, définis et mis en œuvre par les organismes de droit privé bénéficiaires. Ces contributions ne peuvent constituer la rémunération de prestations individualisées répondant aux besoins des autorités ou organismes qui les accordent. »

Source : Loi n° 2014-856 du 31 juillet 2014, JO du 1er août

Elise Brissaud






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 201 - septembre 2021
Aller-vers. Prendre les devants
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
IRTS Île-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne

INGENIEUR DE FORMATION (H/F)

GROUPE SOS Jeunesse

CHEF/FE DE SERVICE MECS LES TOURELLES H/F

Délégation générale Groupe SOS

Directeur·trice d'Antenne de Nanterre pour son dispositif d'intermédiation locative H/F

Département de la Haute Garonne

RESPONSABLE ADJOINT DE MAISONS DES SOLIDARITÉS H/F

France Terre d'Asile

Directeur Administratif et financier (F/H)


Voir toutes les offres
Agenda
28 octobre 2021, à distance

Innover pour le bien vieillir : quelles alternatives à l'Ehpad ?

3 novembre 2021, à Taissy (Marne)

C’est ma vie, c’est moi qui choisis !

4 au 5 novembre 2021, à Paris

Vous avez l’heure, nous avons le temps…

8 au 10 novembre 2021, à Paris

Santexpo

8 au 10 novembre 2021, à Paris

Santexpo


Voir tous les évènements
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.