Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Lutte contre la radicalisation
Les structures impliquées doivent respecter un cahier des charges

09/04/2018

Pour bénéficier de subventions publiques, les structures ayant pour objet ou activité la prévention et la lutte contre la radicalisation doivent se conformer à un cahier des charges en vigueur depuis le 8 avril.

Critiquées par un rapport sénatorial, les structures impliquées dans la lutte contre la radicalisation, dont de nombreuses associations, n'ont plus carte blanche pour agir. Comme prévu par la loi du 30 octobre 2017 renforçant la lutte contre le terrorisme, elles doivent notamment respecter un cahier des charges, annexé à un arrêté du 3 avril dernier, afin de pouvoir bénéficier de subventions publiques.

Ce document :

  • définit les conditions relatives à l'organisation des structures menant des actions de prévention et de prise en charge de la radicalisation ;
  • fixe les critères nécessaires que doivent remplir leurs actions de prise en charge et d'accompagnement des familles, leurs actions de formation, certains projets de recherche ainsi que les campagnes dites "de contre-discours" à la radicalisation.

Outre des exigences concernant le fonctionnement des structures, qui doivent par exemple produire une liste des salariés et des bénévoles (au rôle explicité "clairement"), le gouvernement impose aux équipes d'avoir les compétences et expériences adéquates en matière de prise en charge de publics vulnérables, en difficulté, "en particulier concernant les mineurs, mais également en matière de soutien à la parentalité et/ou d'aide aux victimes". Autrement dit, précise le cahier des charges, les professionnels des structures doivent avoir suivi une formation spécifique sur le phénomène de la radicalisation, notamment sur les trois volets suivants :

  • compréhension du phénomène de radicalisation (processus, indices de radicalisation, publics visés, etc.) ;
  • modalités de détection et d'évaluation (méthodes, outils) de la radicalisation ;
  • circuits de signalement, réponses publiques locale et nationale.

Source : arrêté du 3 avril 2018, JO du 7 avr.

Sybilline Chassat-Philippe






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 231 - juin 2024
Protection de l’enfance. Quelle sortie de crise ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

DIRECTEUR·RICE GÉNÉRAL·E DU CDEF 93

Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

MEDECIN REFERENT MALADIES INFECTIEUSES

UDAF DE LA MARNE

DIRECTEUR DE POLE (H/F)

Le Département de la Manche

Responsable du territoire de solidarité Coutançais (f/h)

Département du Val-de-Marne

GESTIONNAIRE COMPTABLE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Logo Trophée 2

Participez au Trophée Direction[s] 2024 !

Sous le haut patronage de :

Fadila Khattabi, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et des Personnes handicapées,

et

Sarah El Haïry, ministre déléguée chargée de l’Enfance, de la Jeunesse et des Familles.

 

En partenariat avec :

Logo Axiome