Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Réforme tarifaire
L’heure de la pédagogie pour les Ssiad

20/09/2023

Coup d’accélérateur sur la réforme tarifaire des soins infirmiers à domicile. « Entre les premiers textes d’application et la mise en œuvre, tout va très vite, s'étonne Marc Clouvel, expert-comptable associé au cabinet Axiome-Dis. Toutefois, si tout semble prêt au niveau national [1], ce n’est pas toujours le cas des agences régionales de santé sur les territoires. » Le changement, progressivement déployé dès cette année, est pourtant significatif pour les services Ssiad, comme pour le financement de l’activité « soins » des services polyvalents Spasad et des futurs services Autonomie. L’enjeu, résume la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) interrogée : « Inciter les structures à accompagner des personnes avec un niveau de dépendance et un besoin de soins plus importants. » 229 millions d’euros de moyens supplémentaires sont fléchés d’ici 2027.

Nouvelles modalités

Finie la dotation soins historique allouée forfaitairement. Outre une part socle pour les frais de structure et de transports, le forfait global de soins (FGS) comprendra une partie variable pour financer les interventions, calculée sur la base de l’activité réalisée. À ces fins, les usagers seront classés en neuf groupes homogènes correspondant à des montants de financement croissants et variant selon le niveau de groupe iso-ressources (GIR), en cas d’intervention le week-end ou de passage d’un infirmier diplômé. Des « forfaits usagers » qui pourront eux-mêmes être majorés le cas échéant [2]. « Comme avec les Ehpad et la grille Aggir, il y aura donc une importante partie de codification, reprend Marc Clouvel. Les gestionnaires auront donc intérêt à être vigilants et précis dans le classement de la dépendance. »

Période de convergence

Jusqu’à la fin 2026, le FGS sera calculé selon une formule permettant de réduire progressivement les écarts entre la dotation perçue avant la réforme et le « FGS projeté en 2027 ». « Au cours de cette période, les services doivent ajuster leur activité et se conformer à l’objectif de la réforme », prévient-on à la DGCS. En 2023 et 2024, un mécanisme de gel sécurisera toutefois les 4,7 % de structures négativement impactées par ces nouvelles modalités. À l’issue de la période transitoire, 77 % des services devraient bénéficier d’un impact positif, évalue l’administration.

[1] De nombreux outils sont diffusés sur www.atih.sante.fr

[2] Intervention pour diabète insulinotraité, intervention conjointe de deux professionnels et GIR apprécié plus finement

Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 223 - octobre 2023






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 231 - juin 2024
Protection de l’enfance. Quelle sortie de crise ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

DIRECTEUR·RICE GÉNÉRAL·E DU CDEF 93

Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

MEDECIN REFERENT MALADIES INFECTIEUSES

UDAF DE LA MARNE

DIRECTEUR DE POLE (H/F)

Le Département de la Manche

Responsable du territoire de solidarité Coutançais (f/h)

Département du Val-de-Marne

GESTIONNAIRE COMPTABLE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Logo Trophée 2

Participez au Trophée Direction[s] 2024 !

Sous le haut patronage de :

Fadila Khattabi, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et des Personnes handicapées,

et

Sarah El Haïry, ministre déléguée chargée de l’Enfance, de la Jeunesse et des Familles.

 

En partenariat avec :

Logo Axiome