Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Évaluation
Des surcoûts à financer

19/04/2023
« Ce ne peut être à chaque association d’aller quémander, lors de la négociation de son contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens [CPOM], un financement pour un dispositif légal ! », s’agace le président de l’union interfédérale Uniopss. Les craintes des têtes de réseaux semblent se confirmer : les modalités évaluatives des structures entrées en vigueur en 2022 ont bien un coût pour les gestionnaires, font-elles savoir. Une facture liée à la raréfaction des évaluateurs, désormais tenus d’être accrédités par le comité français Cofrac et de respecter le cahier des charges de la Haute Autorité de santé (HAS). « Cela entraîne une baisse de leur nombre et donc une augmentation du prix des prestations, explique Daniel Golberg. Les premiers retours font état de montants allant jusqu’à 1 700 euros (HT) par jour. » Ce dispositif « ne peut faire l’objet d’un encadrement des prix qui sont soumis aux règles de la libre concurrence », reconnaît pudiquement la HAS. Autres surcoûts identifiés ? Le contenu des évaluations à la durée, au nombre d’entretiens et à la fréquence majorés. Sans compter l’incompressible temps RH pour préparer la démarche et s’approprier le référentiel...

 

Quelle compensation ?

Proposant l’intégration de ces dépenses aux CPOM, un amendement sénatorial au budget de la Sécurité sociale pour 2023 a, un temps, fait espérer le secteur. « Il n’a pas été retenu dans la version finale adoptée par 49-3 », rappelle encore Daniel Goldberg. Pourtant, une compensation est nécessaire, ont réitéré en février les fédérations dans un courrier à Matignon, resté sans réponse. Le risque ? Des inégalités territoriales, selon la prise en charge – ou non – de ces montants par les services déconcentrés et les départements. « Conférence des métiers, transposition des 3 % de la fonction publique, bouclier énergie... Il ne faudrait pas, encore une fois, qu’une mesure vertueuse se traduise par une injonction paradoxale : respecter la loi ou se trouver dans une impasse de gestion, entraînant une baisse de la qualité. »

Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 219 - mai 2023






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 231 - juin 2024
Protection de l’enfance. Quelle sortie de crise ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

DIRECTEUR·RICE GÉNÉRAL·E DU CDEF 93

Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

MEDECIN REFERENT MALADIES INFECTIEUSES

UDAF DE LA MARNE

DIRECTEUR DE POLE (H/F)

Le Département de la Manche

Responsable du territoire de solidarité Coutançais (f/h)

Département du Val-de-Marne

GESTIONNAIRE COMPTABLE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Logo Trophée 2

Participez au Trophée Direction[s] 2024 !

Sous le haut patronage de :

Fadila Khattabi, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et des Personnes handicapées,

et

Sarah El Haïry, ministre déléguée chargée de l’Enfance, de la Jeunesse et des Familles.

 

En partenariat avec :

Logo Axiome