Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Réforme de la dépendance
L’aide à domicile s’impatiente

25/08/2011
La députée Bérengère Poletti, chargée d’une mission sur l’aide à domicile.

« À croire que le ministère ne sait plus quoi inventer pour retarder les décisions », s'agace Pierre Béhar, directeur du financement à l'Union nationale de l’aide, des soins et des services aux domiciles (UNA). Le ras-le-bol était manifeste au sein du collectif des 16 organisations du secteur de l'aide à domicile, au sortir d'une réunion à la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS), en juillet dernier. À l'ordre du jour de cette rencontre : la restitution d'une analyse des difficultés des services, élaborée à partir des remontées de terrain. « La DGCS [en] a manifestement pris la mesure, tempère Alain Villez, conseiller technique à l'union des organismes privés sanitaires et sociaux, l'Uniopss. Nous sommes dorénavant en phase sur la qualification et la quantification des problèmes. » Et problèmes il y a, assure le collectif : entre 2008 et 2010, les structures ont enregistré une baisse de 55 % de leurs fonds propres. Pire : en 2010, la branche a perdu 8 700 emplois, soit 4 % des salariés. Pour autant, toujours aucune réponse concrète en vue, s'impatientent les organisations. « Nous avions pourtant averti que cette collecte de données n'avait de sens que si elle aboutissait au déblocage d'un fonds d'urgence », rappelle le directeur général d'Adessa À Domicile, Hugues Vidor. Les décisions sont notamment suspendues aux premières conclusions, attendues fin septembre, de la mission confiée à la député UMP Bérengère Poletti cet été.

Rigueur budgétaire

Au-delà du volet « aide à domicile », c'est l'ensemble de la réforme de la dépendance (1) qui a pris (encore) du retard. Grande prudence du secteur, à l'annonce, en juillet, du report des arbitrages élyséens : signe d'une réforme à venir ambitieuse ou d'un enterrement de première classe ? « Plus on se rapproche de l'échéance électorale, plus il paraît évident que le sujet, qui concerne chaque famille, pèsera », veut encore croire l'association de directeurs AD-PA. Mais la marge de manœuvre budgétaire est réduite, prévient tout de même Bercy. Permettra-t-elle le retour sur la suppression des exonérations de cotisations au bénéfice de l'aide à domicile, réclamé par les associations ? Voire le déblocage des crédits nécessaires au financement du premier wagon de mesures urgentes de la réforme (notamment le soutien du secteur) ? «  Il y aura peut être une grande loi, prédit Pierre Behar, mais à ce rythme, il n'y aura plus d'acteurs pour la mettre en œuvre. »

(1) Lire ce numéro p. 50

Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 88 - octobre 2011






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 230 - avril 2024
Grand âge. Quelle offre pour demain ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

DIRECTEUR·RICE GÉNÉRAL·E DU CDEF 93

Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

MEDECIN REFERENT MALADIES INFECTIEUSES

UDAF DE LA MARNE

DIRECTEUR DE POLE (H/F)

Le Département de la Manche

Responsable du territoire de solidarité Coutançais (f/h)

Département du Val-de-Marne

GESTIONNAIRE COMPTABLE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Logo Trophée 2

Participez au Trophée Direction[s] 2024 !

Sous le haut patronage de :

Madame Fadila Khattabi, ministre déléguée chargée des Personnes handicapées,

et

Sarah El Haïry, ministre déléguée chargée de l’Enfance, de la Jeunesse et des Familles.

 

En partenariat avec :

Logo Axiome