Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Travail social
« Un risque que les étudiants abandonnent »

20/01/2021

Face à la pénurie de stages due à la crise, Diane Bossière, déléguée générale de l'Union des acteurs de formation et de recherche en intervention sociale (Unaforis) plaide pour la révision des modalités d’acquisition des compétences afin de permettre aux étudiants de valider leur diplôme.

Quel est l’état d’esprit des étudiants en travail social ?

Diane Bossière. Nous repérons de la fatigue psychique. Il y a un grand risque qu’ils abandonnent leurs études, notamment ceux qui n’ont pas pu faire leur stage de première année. Et ceux qui ont été sur le terrain ont parfois dû faire face à des réalités éducatives et sociales lourdes. Nous regardons avec les universités comment nos équipes peuvent être associées à l’organisation d’un suivi psychologique. Nous espérons aussi poursuivre l’enseignement mixte, avec des ateliers pratiques en présentiel.

Votre alerte sur la pénurie de stages lancée auprès des employeurs a-t-elle porté ses fruits ?

D. B. Les employeurs ont répondu présents malgré leurs difficultés : gestion de la crise, de l'encadrement insuffisant et de la capacité d’accueil réduite. Si ce travail de dentelle a payé avec la mise en place de dispositifs souvent en dehors « des clous » habituels (encadrement à distance, plusieurs organisations d'accueil, etc.), le problème se reposera à l’identique quand il y aura une nouvelle vague de stages à trouver.

Les assouplissements pris en novembre ont-ils été à la hauteur ?

D. B. Nous souhaitions des assouplissements globaux, mais la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) a choisi de revoir les minima d'heures et de capacité d'accueil, diplôme par diplôme [1]. Cette dernière évaluera début février les difficultés, les dispositifs qui ont fonctionné... Nous en attendons rapidement des marges de manœuvre. Il faut pouvoir organiser des suivis de parcours individualisés pour l’ensemble des cohortes en formation depuis 2020 et avant. En revoyant les modalités d’acquisition des compétences et en établissant des critères sur lesquels les jurys pourront s’appuyer, comme la valorisation d’autres expériences telle la participation à la réserve sociale. Et nous n’échapperons pas au sujet de fond : ces formations, la moitié du temps en alternance, sont-elles tenables ? Nous souhaitons à tout prix éviter de décaler les certifications. Les personnes en formation sont attendues par les employeurs dont les besoins augmentent. Il nous faut trouver des solutions, même si cela passe par des moyens un peu atypiques.

[1] Arrêté du 4 novembre 2020

Ppropos recueillis par Laura Taillandier

Publié dans le magazine Direction[s] N° 194 - février 2021






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 202 - novembre 2021
Violences faites aux femmes. Protéger encore
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
ADDSEA Sauvegarde Bourgogne Franche Comté

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

Les PEP CBFC

Directeur de Pôle Préventions et Soins H/F

Maison Départementale de l'Enfance

Chef de service éducatif H/F

Association Emmaüs Le Puy

DIRECTEUR (H/F)

ARILE

Chef de service H/F CDI (AGORA)


Voir toutes les offres
Agenda
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.