Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Logement d’abord
À quand le changement d'échelle ?

20/01/2021

La Cour des comptes a dressé un constat sévère sur les résultats à mi-parcours du plan Logement d’abord. En réponse, Matignon a vanté les mérites du service public de la rue au logement à venir.

Une bonne stratégie aux résultats globalement décevants. Dévoilé début janvier, le verdict de la Cour des comptes sur la politique du Logement d’abord 2018-2022, adressé par référé fin octobre à l’exécutif, n’est pas tendre. Notamment sur le manque d’ambition en matière de création de logements adaptés et sociaux. « D’autant qu’avec 90 000 nouveaux logements agréés en 2020 (contre 110 000 en moyenne), on a assisté à une chute historique de la production », rappelle le directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS), Florent Gueguen. Le financement de 150 000 logements sociaux par an aurait pourtant l’avantage d’être, en plus, un levier de croissance et de création d’emplois, souligne le Collectif des associations unies.

Logement vs hébergement ?

À l’autre bout de la chaîne, « les acteurs chargés des sans domicile sont trop centrés sur l’hébergement », regrette encore la Cour qui pointe des dépenses en hausse depuis 2012. Une vision « binaire qui tend à opposer logement et hébergement », objecte Florent Gueguen : « La situation du 115 et l’accès à l’hébergement restent tendus dans certaines régions, et la situation administrative d’une partie des publics les empêche d’accéder au logement. Maintenir un parc développé est donc indispensable, l’hébergement participant de la stratégie du Logement d’abord ! » Le délégué général de l’union professionnelle Unafo, Arnaud de Broca abonde : « Il y a probablement là une question de curseur à trouver, mais le logement relève du temps long. En attendant, les avantages du logement accompagné auraient dû être davantage soulignés. » Résultat de toutes ces carences ? On est loin du changement d’échelle attendu, taclent les Sages.

SIAO, le maillon faible

En réponse, Jean Castex a assuré le service avant-vente du futur service public de la rue au logement, promis pour cette année. Un acte II du plan quinquennal qui « traduira l’engagement de l’État à installer dans la durée sa stratégie, tout en continuant à assumer ses responsabilités sur la mise à l’abri ». Parmi ses piliers ? Une gouvernance territoriale optimisée, appuyée sur une évolution des services intégrés d’accueil et d’orientation (SIAO). « On sent une volonté de reprise en main par l’État, indique Florent Guéguen. Or, outre une capacité d’innovation et d’adaptation, le pilotage associatif constitue un garde-fou quand des règles, comme l’inconditionnalité de l’accueil, sont menacées [1]. »

[1] Lire Direction[s] n° 183, p. 4

Gladys Lepasteur

Le cas de l’hébergement d’urgence

Améliorer la fluidité et maîtriser les coûts. La structuration du parc d’hébergement d'urgence se poursuit, avec l’élaboration lancée fin 2020 d’un cahier des charges. Des travaux qui inquiètent. Principal grief ? La fixation de prix de journée déconnectés des réalités de terrain et plafonnés, explique Florent Gueguen : « Le cahier des charges avance un coût à la place de 25 euros en province (34 euros en Ile-de-France). Or, sur le terrain, on est plutôt à 19 ou 20 euros en réalité ! Impossible pour les gestionnaires de mettre en œuvre les prestations demandées par le cahier de charges lui-même. Ces tarifs doivent devenir des planchers, un financement socle correspondant aux prestations socles attendues des associations. » Pour l’heure, le ministère a promis que sa diffusion était suspendue, rapporte la FAS dans l’attente d’une nouvelle réunion de travail nourrie d’une analyse des résultats de l’étude nationale de coût (ENC).

Publié dans le magazine Direction[s] N° 194 - février 2021





Derniers Commentaires

Inscrit le 02/01/2018
lundi 25 janvier 2021 11:04

C'est un articke trés interssant.


Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 227 - février 2024
Validation de l'expérience. Des parcours facilités ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
sauvegarde 93

UN DIRECTEUR DE POLE (H/F)

APAJH 41

MANAGER DE PROXIMITE (H/F)

Département du Val-de-Marne

DIRECTEUR ADJOINT DE LA MDPH (H/F)

AVVEJ

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

Département du Val-de-Marne

RESPONSABLE DE L'ESPACE DEPARTEMENTAL DES SOLIDARITES (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Logo Trophée 2

Participez au Trophée Direction[s] 2023 !

Sous le haut patronage de :

Aurore Bergé, ministre des solidarités et de la famille,

Madame Fadila Khattabi, ministre déléguée chargée des Personnes handicapées,

et

Charlotte Caubel, secrétaire d’État auprès de la Première ministre, chargée de l’Enfance.

 

En partenariat avec :

Logo Axiome

et