Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Bass
Conférence des métiers : « Il va falloir aller vite ! »

17/11/2021

Revalorisations dans le champ du handicap, Conférence des métiers début 2022… Pour la directrice générale adjointe de la fédération patronale Nexem, Dorothée Bedok, les récentes annonces sont un premier pas qui appelle un engagement du gouvernement. L'enjeu ? Une équité de traitement de tous les professionnels, indispensable à l'attractivité du secteur.

Les nouvelles mesures de revalorisation dans le champ du handicap sont-elles à la hauteur des difficultés du terrain ?

Dorothée Bedok. Nous nous félicitons qu’une partie de la branche associative sanitaire, sociale et médico-sociale à but non lucratif (Bass) ait été prise en compte, au même titre que le public. L’anticipation au 1er novembre des revalorisations pour les soignants, aides médico-psychologiques (AMP), auxiliaires de vie sociale (AVS) et accompagnants éducatifs et sociaux (AES) est bienvenue, tout comme le fait que le gouvernement s’engage à financer des mesures pour les professionnels des foyers et établissements à la charge des départements. Mais ces annonces ne résolvent pas l’ensemble des difficultés. Une bonne partie du champ reste nettement moins rémunérée. Par exemple, les centres d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) ou encore la protection de l’enfance où les besoins vont croissant. Depuis 2009, nous constatons une hausse des mesures de protection des mineurs de 12,1 % et de 13 % entre 2013 et 2018 pour les majeurs. Nous serons donc extrêmement vigilants à la prise en compte de l’ensemble des professionnels et notamment ceux du social dans le cadre de la Conférence des métiers annoncée pour janvier.

Cette conférence peut-elle être ambitieuse juste avant l’échéance électorale ?

D. B. Nous avons bon espoir d’un dialogue construit pour travailler posément sur les problématiques de notre secteur avec la mission lancée en parallèle par Denis Piveteau sur les besoins des établissements et services. Il va falloir aller vite ! Les pouvoirs publics doivent comprendre que le soutien d’une personne fragile passe bien par un accompagnement à la fois sanitaire, médico-social et social. On nous demande de créer des parcours de soin transversaux, mais il faut que nous puissions travailler sur ceux de ressources humaines qui vont avec, de même que sur la structuration de nos associations. Pour y parvenir, une équité de traitement des professionnels doit être garantie. Nous construisons l’environnement d’une convention collective unique, justement pour répondre à ces problématiques d’attractivité. Il est important que le gouvernement actuel s'engage sur les rémunérations pour mettre en œuvre les passerelles et les processus de formation qui maximisent la qualité de l’accompagnement et l’employabilité… Nous faisons notre travail d’employeurs. Il faut que nos financeurs, l’État et les conseils départementaux, nous accompagnent.

À la question de l’attractivité s’ajoute celle des surcoûts engendrés par la crise. Vous alertiez récemment avec d’autres organisations du grand âge sur la nécessité de prolonger le dispositif de compensation. Qu’en est-il ?

D. B. Non seulement nous n’avons pas eu de retour, mais les établissements n’ont pas encore eu tous les versements de la prise en charge (estimée à 70 %) précédemment annoncée. Nous avons aussi des pertes d’exploitation qui n’ont pas encore fait l’objet de compensation suffisante. Des Ehpad n’ont pas la trésorerie suffisante pour tenir et la situation devient assez urgente ! En outre, toute une partie des professionnels du grand âge n’ont pas encore été intégrés dans les revalorisations, comme ceux des résidences autonomie. Cela représente 30 000 équivalents temps plein (ETP). Encore un sujet que nous porterons à la Conférence des métiers.

Laura Taillandier

Publié dans le magazine Direction[s] N° 203 - décembre 2021






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 203 - décembre 2021
Baromètre Direction(s). Manque d'attractivité, le seuil d'alerte est dépassé
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Ville de Romainville

RESPONSABLE DE CENTRE SOCIAL (H/F)

Résidence d’Automne - APADIC

DIRECTEUR EHPAD H/F

Les PEP CBFC

Directeur de Pôle Préventions et Soins H/F

ADDSEA Sauvegarde Bourgogne Franche Comté

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

Maison Départementale de l'Enfance

Chef de service éducatif H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.