Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Demandeurs d'asile
Un plan pour traiter les vulnérabilités

16/06/2021

En plein contexte pandémique, l’enjeu est de taille et l’objectif double. « Il nous faut à la fois mieux repérer les situations de vulnérabilité dès l’accès à la procédure d’asile et mieux protéger ceux qui présentent ces fragilités tout au long de leur parcours », souligne Marlène Schiappa, ministre déléguée à la Citoyenneté, présentant le plan Vulnérabilités, publié début juin. Déclinaison de la Stratégie pour l’accueil et l’intégration des réfugiés 2018-2021, il était attendu de pied ferme par les associations, partie prenante d’une longue concertation. « Il montre une vraie prise de conscience des pouvoirs publics et répond à un besoin croissant d'une partie des publics présentant un vrai traumatisme lié à leur parcours migratoire », commente Delphine Rouilleault, directrice générale de France Terre d’asile.

Ouverture de places spécialisées

Sur le volet prévention ? Création d’un réseau de référents « vulnérabilités » parmi les intervenants de l’asile pour une plus forte interopérabilité entre les acteurs, développement de formations pour les professionnels et de campagnes d’information pour le public. Ou encore garantie d'une présence médicale dans chaque centre et expérimentation d’un rendez-vous santé dès l’enregistrement de la demande. « L’enjeu de la prise en charge sanitaire est essentiel et on espère que les échanges se poursuivront sur le volet de la santé mentale », insiste Delphine Rouilleault. Même si, pointe la Fédération des acteurs de Solidarité (FAS), cette mesure sera insuffisante pour « pallier les effets néfastes » du délai de carence dans l’accès à l’assurance maladie pour les demandeurs d’asile.

Côté prise en charge, le plan prévoit le développement de places spécialisées, dont 200 réservées aux personnes LGBT+ au sein du dispositif national d'accueil (DNA) d’ici à 2022, majoritairement en centres à vocation généraliste. Est aussi affichée une cible de 2 % de places accessibles aux personnes à mobilité réduite (PMR) avant 2023. Une mesure qui, pour la FAS, doit s’accompagner de moyens supplémentaires suffisants.

Laura Taillandier

Publié dans le magazine Direction[s] N° 199 - juillet 2021






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 231 - juin 2024
Protection de l’enfance. Quelle sortie de crise ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

DIRECTEUR·RICE GÉNÉRAL·E DU CDEF 93

Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

MEDECIN REFERENT MALADIES INFECTIEUSES

UDAF DE LA MARNE

DIRECTEUR DE POLE (H/F)

Le Département de la Manche

Responsable du territoire de solidarité Coutançais (f/h)

Département du Val-de-Marne

GESTIONNAIRE COMPTABLE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Logo Trophée 2

Participez au Trophée Direction[s] 2024 !

Sous le haut patronage de :

Fadila Khattabi, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et des Personnes handicapées,

et

Sarah El Haïry, ministre déléguée chargée de l’Enfance, de la Jeunesse et des Familles.

 

En partenariat avec :

Logo Axiome