Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

1er Prix du mémoire Cafdes
« Il est primordial dans nos pratiques de pouvoir croiser tous les regards, toutes les expertises »

09/02/2022

Anne-Lise Cafafa est la lauréate du 1er Prix Cafdes organisé par l'École des hautes études en santé publique (EHESP), les Presses de l’EHESP et le magazine Direction[s]. Elle s’est penchée dans son mémoire sur l’opportunité pour les Ditep de fonctionner comme plateformes ressources.

Vous avez validé votre certificat d'aptitude aux fonctions de directeur d'établissement ou de service d'intervention sociale (Cafdes), mais vous venez aussi de remporter le 1er Prix du mémoire Cafdes organisé par les Presses de l’EHESP et Direction[s], félicitations ! Pourquoi avez-vous participé ?

Anne-Lise Cafafa. Je viens du sanitaire, aussi ce prix représente pour moi une reconnaissance dans ce passage vers le secteur social et médico-social que j’envisage. Infirmière de formation, j’ai exercé pendant une douzaine d’années tout en me formant régulièrement, avant de me tourner vers des fonctions d’encadrement de services de soin comme cadre de santé depuis 2004. Au bout de quelques années, afin de continuer à progresser, j’ai réalisé un bilan de compétences, avec deux options à la clé : me tourner vers la formation ou bien vers un poste de direction d’établissement. J’ai choisi les deux ! Après l’obtention par la validation des acquis de l'expérience (VAE) d’un titre de formatrice professionnelle pour adultes, j’ai passé aussi le concours du Cafdes dans le cadre d’un congé de formation professionnelle avec le soutien de mon employeur. Mon objectif est idéalement de trouver un poste de direction dans le secteur social ou médico-social, la cause des enfants et de l’aide sociale à l'enfance (ASE) m’intéresse tout particulièrement.

« Mobiliser un réseau partenarial en Ditep pour accompagner l’inclusion sociale d’un jeune public porteur de handicap » : c’est la problématique de votre mémoire. Pourquoi ce sujet ?

A.-L. C. J’ai voulu me pencher sur les politiques publiques qui font la promotion des plateformes pour faire face notamment aux difficultés d’inclusion des personnes, auxquelles je suis par ailleurs confrontée à titre personnel comme maman d’un petit garçon porteur d’un handicap visuel. Il est primordial à mon sens dans nos pratiques de pouvoir croiser tous les regards, toutes les expertises en réponse aux besoins et attentes des publics. Ce qui permet au final de ne pas morceler nos accompagnements et nos actions dans le cadre des prises en charge et des accompagnements !

D'où la nécessité d'un véritable travail partenarial ?

A.-L. C. Dans ma réflexion sur les plateformes, je me suis dit que les dispositifs intégrés des instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques (Ditep) avaient cette vocation à fonctionner de façon intégrée entre Itep et service d'éducation spécialisée et de soins à domicile (Sessad), avec un nécessaire réseau de partenaires. Je voulais me pencher plus spécifiquement sur cet enjeu du travail partenarial et en réseau face aux besoins de jeunes qu’on trouve aussi dans les structures de la protection de l’enfance, ou bien, non identifiés encore, dans le droit commun et qui mettent en difficulté les différents cadres institutionnels. Et faire savoir ainsi que le Ditep peut être utile à tout son environnement, comme plateforme ressource de l’Éducation nationale, du secteur sanitaire, des équipes de la protection de l’enfance, mais aussi directement des parents avant même que les enfants y soient orientés. Or, les missions des Ditep sont encore mal repérées par ces partenaires, alors même que leurs équipes ont des compétences spécifiques, une expertise technique et humaine, à faire valoir pour permettre un accompagnement des jeunes favorisant le vivre ensemble. Il s’agit de rendre le Ditep plus opérant afin d’éviter les fonctionnements en silo et ainsi permettre un accès à la scolarité et à la socialisation inclusive plus efficient des jeunes accompagnés.

Carte d'identité

Cadre de santé, Anne-Lise Cafafa est responsable du service médico-psychologique régional de Perpignan, du dispositif de soin aux auteurs de violences sexuelles (DSAVS) et du centre ressources pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles (CRIAVS) du Centre hospitalier spécialisé de Thuir (Pyrénées orientales).






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 210 - juin 2022
Transformation de la fonction publique
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
DEPARTEMENT DE LA SARTHE

DIRECTEUR ENFANCE FAMILLE (H/F)

Ville de Sèvres

CHEF DE SERVICE (H/F)

Association CAP A CITE

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

ALTERITE

DIRECTEUR ADJOINT D'ESAT (H/F)

CCAS de Vergèze

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT (H/F)


Voir toutes les offres
Agenda
3 septembre 2022, à Paris et à distance

Assises nationales contre les féminicides

8 au 10 septembre 2022, à Reims

Journées d'études sur le handicap psychique

9 septembre 2022, à Paris

La BD dans le social, le social dans la BD

13 septembre 2022, à Paris

Parcours de jeunes en institutions

15 et 16 septembre 2022, à Nantes

La mêlée. Rencontres de l’action sociale et de la santé


Voir tous les évènements
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Les candidatures sont closes !

La cérémonie de remise des prix se tiendra
le jeudi 1er décembre, à Paris.

Inscrivez-vous pour y assister.


En partenariat avec :