Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Stratégie Aidants
« Il faut construire un vrai parcours de l’aidance »

18/10/2023

La Stratégie 2023-2027, dévoilée le 6 octobre, n’est pas à la hauteur des besoins des aidants, selon Corinne Benzekri, présidente du Collectif Je t’aide et directrice nationale de l’action médico-sociale à la Fondation Casip-Cojasor (Paris).

Avez-vous été associés à l’élaboration, comme l’assure le Gouvernement ?

Corinne Benzekri. Nos organisations ont travaillé pendant des mois avec le ministère et la Direction générale de la cohésion sociale. Jusqu’en février 2023, où plus rien – hormis une réunion en juin où seules les orientations nous ont été présentées, sans possibilité d’échanges. Il a fallu attendre le 6 octobre pour découvrir son contenu qui omet nombre de nos demandes ! Et pas un mot sur l’enveloppe globale allouée, ce qui donne une impression d’opacité. Résultat ? On ne sait toujours pas, à moyen et long termes, ce que le pays entend faire pour les aidants et les personnes vulnérables dont ils s’occupent. Il y a pourtant urgence tant la souffrance est grande.

Comment jugez-vous la mobilisation nationale ?

C. B. Les 11 millions d’aidants réclament d’abord une reconnaissance. Leur donner des jours de congé supplémentaires, via une recharge de leurs droits à l’allocation journalière AJPA, va certes répondre à certaines situations, mais pas à celles des retraités, par exemple. Même chose pour la nouvelle assurance vieillesse : on parle là de l’octroi de quelques trimestres à des personnes qui n’ont parfois pas travaillé pendant quinze ans. En outre, que signifie la création de 6 000 places de répit pour une personne résidant dans un territoire dépourvu d’offre ?

La priorité est de construire un parcours de l’aidance, doté de solutions personnalisables pour leurs proches et d’un vrai maillage territorial. Les aidants doivent pouvoir exercer leur citoyenneté, prendre soin de leur santé et concilier leur vie de parents, d’aidant, d’actif...  Autres enjeux ? Le manque d’accès à l’information, souvent source de renoncement aux droits. À voir ce qu’il sortira du guichet unique prévu dans le cadre du service public départemental de l’autonomie.

Les associations doivent-elles aussi être étayées ?

C. B. Leur reconnaissance et celle de l’aidance sont liées. La pérennisation de leurs services, fréquemment déployés sous forme de structures expérimentales, est en jeu. Elles sont trop souvent contraintes de se battre pour obtenir des crédits pour six mois ou un an. À croire que les besoins, eux, sont temporaires ! Cette incertitude renforce chez les aidants le sentiment de non-prise en compte de leurs besoins. 

Propos recueillis par Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 224 - novembre 2023






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 231 - juin 2024
Protection de l’enfance. Quelle sortie de crise ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

DIRECTEUR·RICE GÉNÉRAL·E DU CDEF 93

Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

MEDECIN REFERENT MALADIES INFECTIEUSES

UDAF DE LA MARNE

DIRECTEUR DE POLE (H/F)

Le Département de la Manche

Responsable du territoire de solidarité Coutançais (f/h)

Département du Val-de-Marne

GESTIONNAIRE COMPTABLE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Logo Trophée 2

Participez au Trophée Direction[s] 2024 !

Sous le haut patronage de :

Fadila Khattabi, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et des Personnes handicapées,

et

Sarah El Haïry, ministre déléguée chargée de l’Enfance, de la Jeunesse et des Familles.

 

En partenariat avec :

Logo Axiome