Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Travail social
« On est face à un choix de société »

20/09/2023

Le Livre blanc du travail social a été adopté par le Haut Conseil du travail social, début septembre. En attendant sa remise officielle, initialement prévue le 26 septembre, Daniel Goldberg, président de l’union nationale Uniopss, invite les pouvoirs publics à prendre leurs responsabilités.

Pourquoi avoir salué l’adoption de ce rapport ?

Daniel Goldberg. Après la parution du Livre vert, qui posait les constats, il était important d’aboutir à un document solide aux propositions précises. D’autant que les travaux, comme la méthode, ont été de qualité, avec une écoute attentive des participants et des rédacteurs – en particulier de la Direction générale de la cohésion sociale. L’enjeu désormais : qu’il ne devienne pas un rapport de plus ! L’attractivité étant devenue LE sujet central, on ne peut plus reculer. Si l'on ne se dote pas de moyens efficaces, la pénurie entraînera la pénurie : le trop faible nombre de personnels en poste poussera ceux en activité à partir... Cela montre d’ailleurs, et c’est ce que nous avons défendu, combien les ratios d’encadrement restent un levier d’action majeur pour améliorer les conditions de travail. Redonner du sens à ces métiers pour ceux qui les exercent implique de leur donner le temps d’accompagner correctement les personnes. Sans compter que le pouvoir d’agir que tout le monde cherche à développer ne restera qu’un vain mot dans les projets d’établissement si les personnels ne peuvent prendre le temps d’écouter ce que veulent les usagers.

Et maintenant ?

D. G. On verra comment les pouvoirs publics s’en saisiront. Une chose est sûre : si le secteur des solidarités a l’avantage de ne pas avoir d’actionnaires à rémunérer, il n’a aussi personne pour lui octroyer des fonds afin d’embaucher ou d’augmenter les salaires. Nous sommes donc face à un choix de société, qui dépasse le sujet des revalorisations : l’utilité sociale de ces métiers mérite-t-elle qu’on les paie mieux ? Au-delà, quel accompagnement permet-on pour des personnes fragiles, que leur vulnérabilité soit temporaire ou permanente ? Faute d’actions fortes, le risque est de devoir vivre durablement dans un système dégradé en termes de réponse aux besoins.

C’est donc une adresse au Gouvernement ?

D. G. Pas seulement car, sur le sujet, l’État, les départements et les régions ont tous des responsabilités. Il est urgent que ces trois niveaux de décideurs publics dressent ensemble, avec les acteurs de terrain, un état des lieux partagé, par politique et par territoire, avant de le décliner ensuite en termes de besoin de postes. C’est ce que nous avons porté dans ce livre blanc et qui a été en grande partie écouté.

Propos recueillis par Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 223 - octobre 2023






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 231 - juin 2024
Protection de l’enfance. Quelle sortie de crise ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

DIRECTEUR·RICE GÉNÉRAL·E DU CDEF 93

Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

MEDECIN REFERENT MALADIES INFECTIEUSES

UDAF DE LA MARNE

DIRECTEUR DE POLE (H/F)

Le Département de la Manche

Responsable du territoire de solidarité Coutançais (f/h)

Département du Val-de-Marne

GESTIONNAIRE COMPTABLE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Logo Trophée 2

Participez au Trophée Direction[s] 2024 !

Sous le haut patronage de :

Fadila Khattabi, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et des Personnes handicapées,

et

Sarah El Haïry, ministre déléguée chargée de l’Enfance, de la Jeunesse et des Familles.

 

En partenariat avec :

Logo Axiome