Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Branche Autonomie
Objectif décarbonation

24/04/2024
« Nous allons chiffrer l’impact économique et proposer un partage du coût », indique V. Wisnia-Weill (CNSA).

Dix MtCo2. Cette donnée ne vous dit peut-être rien mais il s’agit du bilan carbone de la branche Autonomie, exprimé en millions de tonnes en équivalent Co2. Soit 1,5 % de l’empreinte carbone de la France. Pour arriver à cette « estimation inédite », The Shift Project, think tank spécialiste de la transition énergétique, a travaillé un an en partenariat, notamment, avec la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA).

Agir... mais comment ?

Principaux vecteurs de pollution identifiés ? Les déplacements (27 %), l’alimentation (24 %) [1] et la consommation énergétique des bâtiments. Des émissions pour moitié du fait des Ehpad. En effet, ce sont les départements où le taux d’équipement en lits pour personnes âgées est le plus important, comme la Lozère et la Creuse, qui sont les plus émetteurs. Et avec le vieillissement de la population, ce bilan pourrait grimper de 40 % d’ici à 2050. 

« Pour enclencher la planification écologique, nous avions besoin d’un jeu de leviers quantitatifs », explique Vanessa Wisnia-Weill, directrice du financement de l’offre de la CNSA. C’est chose faite. The Shift Project propose deux scénarios, avec ou sans virage domiciliaire, comprenant des leviers déclinés en fiches opérationnelles. On y retrouve l’utilisation de véhicules électriques légers, l’installation de panneaux photovoltaïques, l’usage de pompes à chaleur ou l’extension des conciliations médicamenteuses. Autant de pistes de bon sens qui nécessitent toutefois de sérieux financements. « D’ici à l’été, nous allons chiffrer l’impact économique et proposer un partage du coût entre État, départements et opérateurs, en vue du prochain budget de la Sécurité sociale », précise Vanessa Wisnia-Weill. La CNSA ouvre aussi une concertation avec les agences régionales de santé et les collectivités pour établir des feuilles de route territoriales et entend accompagner davantage les professionnels en lien avec l’Agence nationale de la performance (Anap). 

Avec une telle démarche, le secteur sera-t-il au rendez-vous de 2050 en réduisant de 80 % ses émissions comme le stipule l’accord de Paris ? Non, selon le think tank, sauf à développer la recherche ou prévenir davantage la perte d’autonomie. Démotivant ? « Le secteur a les leviers à sa disposition pour arriver à une baisse de 70 % et avoir un impact significatif sur la décarbonation en France, nuance Mathis Egnell, chargé de programme Santé du Shift Project. C'est encourageant. »

[1] Lire Direction[s] n° 229, p. 22

Laura Taillandier

Publié dans le magazine Direction[s] N° 230 - mai 2024






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 230 - avril 2024
Grand âge. Quelle offre pour demain ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

DIRECTEUR·RICE GÉNÉRAL·E DU CDEF 93

Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

MEDECIN REFERENT MALADIES INFECTIEUSES

UDAF DE LA MARNE

DIRECTEUR DE POLE (H/F)

Le Département de la Manche

Responsable du territoire de solidarité Coutançais (f/h)

Département du Val-de-Marne

GESTIONNAIRE COMPTABLE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Logo Trophée 2

Participez au Trophée Direction[s] 2024 !

Sous le haut patronage de :

Fadila Khattabi, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et des Personnes handicapées,

et

Sarah El Haïry, ministre déléguée chargée de l’Enfance, de la Jeunesse et des Familles.

 

En partenariat avec :

Logo Axiome