Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Formation des directeurs et cadres

Dossier spécial 2018

22/05/2017 -  Que vous soyez directeur ou cadre, que vous fassiez vos premiers pas dans votre fonction ou que vous soyez un professionnel aguerri, la formation continue est un passage incontournable pour prendre vos marques, du galon ou rester en phase avec les évolutions de votre secteur. Face à vos besoins, une offre pléthorique existe, de durée, de contenu et de niveau de qualification différents. Autant de raisons de vous proposer ce dossier spécial afin de vous aider à vous orienter. Au menu ? Une édition actualisée et enrichie qui, sans prétendre à l’exhaustivité, vous aidera à faire les bons choix.

SOMMAIRE DU DOSSIER :

  • Formation, l'embarras du choix
  • Le Cafdes, la qualification de référence
  • D3S, passage requis pour piloter un établissement public
  • Des professionnels sur les bancs des facs et des grandes écoles
  • Le Deis, pour articuler recherche et animation de dispositifs
  • Le Caferuis, un cursus pour les cadres intermédiaires
  • Des séminaires pour actualiser ses compétences

Formation des directeurs et cadres
Le Cafdes, la qualification de référence

05/05/2021

Principal titre de niveau I du secteur, le Cafdes constitue la référence pour les directeurs. Fraîchement relancée, sa réingénierie devrait déboucher à la rentrée 2023 sur un double diplôme, couplé avec un master.

Pour le recrutement de directeurs dans le secteur social et médico-social, il constitue « un signal de compétence auquel les employeurs font confiance » ; « il sert de repère et […] son caractère générique permet à ses détenteurs une insertion réussie dans des cadres d’emploi très divers. » Tels sont quelques-uns des atouts du certificat d’aptitude aux fonctions de directeur d’établissement ou de service d’intervention sociale (Cafdes), identifiés par une étude de 2013 [1]. Un constat toujours valablevalorisé par les employeurs, donc par les aspirants « cafdesiens », il continue de bénéficier d’un niveau constant d’inscriptions, malgré le coût substantiel du cursus (entre 12 000  et plus de 17 000  euros), dont le financement est majoritairement assuré par les fonds de la formation continue. En 2020, 385 personnes ont ainsi obtenu le certificat en formation initiale et 55 en VAE (311 et 51 en 2019). Ce, en dépit de conditions d’enseignement très particulières dues à la crise sanitaire : « Il faut saluer la très forte mobilisation des stagiaires, qui ont mené l’alternance de front avec leur activité, ainsi que l'engagement des centres de formation pour garantir l’excellence du niveau de certification », insiste Elsa Boubert, animatrice du réseau Cafdes à l’EHESP.

Les conditions d’accès

Pour se présenter, les candidats au Cafdes doivent justifier au choix :

  • d’un diplôme ou titre homologué ou inscrit au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) de niveau II minimum ;
  • d’un diplôme de l’enseignement supérieur sanctionnant trois ans d’études ;
  • d’un diplôme ou certificat de l’action sociale ou de la santé publique de niveau III, justifiant d’un an d’expérience dans un poste de cadre ou trois ans dans le champ sanitaire, social et médico-social ;
  • de l’exercice en cours d’une fonction de direction d’un établissement ou service dans le secteur.

Ceux qui remplissent ces conditions peuvent postuler aux sélections interrégionales (une épreuve écrite et un entretien). Pour les reçus, la formation (de 24 à 30 mois) comprend 700 heures d’enseignements théoriques reposant sur quatre domaines de formation :

  • élaboration et conduite stratégique d’un projet d’établissement ou de service (154 heures) ;
  • management et gestion des ressources humaines (196 heures) ;
  • gestion économique, financière et logistique (154 heures) ;
  • expertise de l’intervention sanitaire et sociale sur un territoire (196 heures).

Le cursus compte aussi 510 heures de stages pratiques, pour lesquels les candidats en situation d’emploi dans le secteur ou en fonction d’encadrement bénéficient d’un allégement de 335 heures.

Du côté de la certification, chacun des quatre modules doit être validé séparément et sans compensation. Outre le contrôle continu, les épreuves comprennent :

  • un mémoire sur la conception, la mise en œuvre et l’évaluation d’un mode d’accompagnement ou d’une offre de service ;
  • une étude de cas écrite portant sur le management et la gestion des ressources humaines ;
  • une épreuve écrite portant sur la gestion économique et financière d’un établissement ou service ;
  • une note d’aide à la décision portant sur une problématique sanitaire ou sociale.

À noter. Les titulaires du diplôme d’État d’ingénierie sociale (Deis) ou du certificat d’aptitude aux fonctions d’encadrement et de responsable d’unité d’intervention sociale (Caferuis) notamment, ainsi que les cadres déjà en poste, peuvent bénéficier d’allégements de formation ou de dispenses d’épreuves de certification.

28 centres agréés

Certifié par l’EHESP, qui organise les épreuves nationales de certification des trois premiers modules, le cursus est dispensé dans 28 centres agréés responsables du quatrième module et du contrôle continu. Ces établissements sont aussi autonomes en matière de pédagogie. Aux candidats donc de choisir en fonction de la situation géographique, mais aussi de leur projet professionnel. D'autant que la réingénierie du diplôme, dont l'entrée en vigueur est envisagée à la rentrée 2023, devrait déboucher sur la mise en place d’une double diplômation, couplant Cafdes et master. Principal intérêt ? Satisfaire aux besoins de compétences des directeurs généraux de structures importantes… mais aussi conjurer la concurrence.Car si le diplôme maintient sa position de titre professionnel de niveau I de référence, il est de plus en plus talonné par les masters proposés par les universités et les grandes écoles, aux coûts souvent plus abordables, et qui peuvent afficher des taux de réussite plus rassurants.

La VAE, une voie astreignante

Depuis l’ouverture à la validation des acquis de l’expérience (VAE) en 2008, 79 % des candidats ont obtenu tout ou partie du diplôme. « Si elle ne nécessite pas de quitter son poste pour se former, la VAE requiert un travail d’analyse profond», prévient Corinne Salmon, responsable du pôle Orientation, conseil et validation des acquis à l’EHESP. Ce cursus est ouvert aux salariés (comme aux non-salariés), mais aussi à des bénévoles, des personnes en situation de volontariat, des élus et des responsables syndicaux ayant rempli une activité en lien direct avec le certificat. Ceux-ci doivent justifier d’une activité cumulée d’un an (1607 heures). Peuvent être prises en compte (pour moins de la moitié des activités) des périodes de formation, d’apprentissage, de mise en situation en milieu professionnel…Le candidat doit être en mesure de prouver qu’il a exercé au moins une activité dans chacun des domaines de compétences du référentiel. En cas de validation partielle, les étudiants ont cinq ans pour obtenir les domaines de compétences manquants, via la VAE, ou en formation continue. Selon l’EHESP, «la VAE intéresse tant les professionnels qui assurent des fonctions de direction (71,38%) que ceux qui envisagent une mobilité voire une réorientation professionnelle (28,62%)».

« Le Cafdes garantit un socle commun »

Elsa Boubert, enseignante et animatrice du réseau Cafdes à l’EHESP

« Ce qui donne au Cafdes toute sa valeur, c’est sa certification nationale. L’animation du réseau des centres de formation par l’EHESP assure un niveau de formation homogène, et le diplôme est délivré par un jury national unique, qui s’assure que les candidats ont satisfait à toutes les épreuves. Pour les organisations, c’est la garantie de disposer de dirigeants aux compétences opérationnelles approfondies sur tous les champs de gestion (droit social, analyse financière, management…). Mais les directeurs ne sont pas seulement attendus sur les connaissances techniques : ils doivent aussi avoir une culture approfondie du secteur. Là aussi, la plus-value du Cafdes est évidente : la connaissance des publics fragiles, l’expertise de l’intervention sanitaire et sociale, font partie intégrante du cursus. Dans un contexte où le recrutement s’ouvre sur des profils hors secteur, cela permet de garantir un socle commun fondamental. » (C. D.)

[1] Évaluation de la réingénierie du Cafdes, cabinet Geste pour la DGCS, novembre 2013

Justine Canonne et Clémence Dellangnol

Contacts

EHESP secrétariat Cafdes

Tél. : 02 99 02 27 25/28
www.ehesp.fr

Secrétariat VAE Cafdes

Tél. : 02 99 02 27 00/03

Courriel : vae.cafdes@ehesp.fr






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 203 - décembre 2021
Baromètre Direction(s). Manque d'attractivité, le seuil d'alerte est dépassé
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Ville de Romainville

RESPONSABLE DE CENTRE SOCIAL (H/F)

Résidence d’Automne - APADIC

DIRECTEUR EHPAD H/F

Les PEP CBFC

Directeur de Pôle Préventions et Soins H/F

ADDSEA Sauvegarde Bourgogne Franche Comté

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

Maison Départementale de l'Enfance

Chef de service éducatif H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.