Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Ehpad
Quelle modulation des forfaits soins et dépendance ?

18/10/2017

Pour éviter les situations de sous-occupation, un principe de modulation des forfaits soins et dépendance des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) a été introduit en fonction de leur activité. Les seuils de déclenchement du mécanisme, identiques pour les deux forfaits, ont été fixés.

À compter de 2018, trois cas de figure sont à distinguer. Pour les structures dites en « convergence négative » d'abord (c’est-à-dire celles dont le forfait global versé au titre de l’hébergement permanent [1] est supérieur ou égal au résultat de leur équation tarifaire), pas le choix : pour ne pas voir leur dotation minorée, elles devront afficher un taux d’occupation minimal de 95 % dès 2018. Pour les autres, la « souplesse » est de mise. Aucune modulation ne sera appliquée aux Ehpad dont le forfait global est inférieur à 90 % de leur financement cible. Pour les autres [2], le seuil de déclenchement du dispositif montera en charge progressivement (1 % par an) pour atteindre les 95 % en 2023. « Il aurait pu être moyenné sur les trois dernières années par exemple, comme cela a pu être pratiqué par certaines agences régionales de santé sur la partie "soins", regrette Clémence Lacour, chargée des relations institutionnelles de la fédération nationale Fnaqpa. Seul garde-fou ? Les autorités peuvent décider de ne pas appliquer la modulation "pour tenir compte de situations exceptionnelles", ce qui place les établissements à leur merci. »

Fin de la transition

Dès 2024, tout le monde sera logé à la même enseigne : le dispositif pourra être appliqué faute d’atteindre le taux de 95 % d’occupation. Quel sera alors le montant de la perte sèche, opérée sur l’exercice en cours ? Il sera égal à la moitié de la différence entre le seuil fixé et le dernier taux d’occupation connu [3]. « Une fois encore, l’État reprend d’une main ce qu’il a donné de l’autre, regrette Clémence Lacour. Avec cette logique comptable, on est loin de l’esprit de la loi qui prônait la confiance et la responsabilisation des gestionnaires. »

Arrêtés du 4 septembre (forfait dépendance) et du 28 septembre (forfait soins) 2017

[1] Hors financements complémentaires.

[2] Ceux dont le forfait global est compris entre 90 % et 100 % du résultat de l’équation tarifaire.

[3] Celui de l’année N-1 ou N-2.

Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 158 - novembre 2017






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 231 - juin 2024
Protection de l’enfance. Quelle sortie de crise ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

DIRECTEUR·RICE GÉNÉRAL·E DU CDEF 93

Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

MEDECIN REFERENT MALADIES INFECTIEUSES

UDAF DE LA MARNE

DIRECTEUR DE POLE (H/F)

Le Département de la Manche

Responsable du territoire de solidarité Coutançais (f/h)

Département du Val-de-Marne

GESTIONNAIRE COMPTABLE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Logo Trophée 2

Participez au Trophée Direction[s] 2024 !

Sous le haut patronage de :

Fadila Khattabi, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et des Personnes handicapées,

et

Sarah El Haïry, ministre déléguée chargée de l’Enfance, de la Jeunesse et des Familles.

 

En partenariat avec :

Logo Axiome