Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Structures sociales et médico-sociales
La qualité de l'air sous surveillance

23/09/2015

Seuls 22 % des agents exposés à l’amiante bénéficient de mesures de protection collective, rapporte le ministère de la Fonction publique. De quoi rappeler aux employeurs publics leur devoir en matière de prévention. En effet, leur responsabilité pénale peut être recherchée pour « des faits d’imprudence, de négligence ou de manquement à une obligation de prudence ou de sécurité », prévient l’administration.

Première exigence ? La réalisation d’un diagnostic, qui sera la base des nécessaires contrôles périodiques. Annexé au document unique d'évaluation des risques professionnels (Duerp), le dossier technique amiante (DTA) doit par ailleurs compiler les données relatives à la recherche et à l’identification des matériaux contaminés : mis à la disposition des professionnels et des usagers en particulier, il doit être élaboré en lien avec le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). Enfin, des mesures régulières du niveau d’empoussièrement doivent être réalisées, ainsi que des fiches individuelles pour les personnels les plus exposés, bénéficiaires d’une surveillance médicale particulière.

Les obligations des ERP

Par ailleurs, les établissements recevant du public (ERP) voient leurs obligations allégées en matière de surveillance de la qualité de l’air. Pour mémoire, outre une évaluation des moyens d’aération, les propriétaires (ou les exploitants, en cas de convention spécifique) sont tenus d’effectuer une campagne de mesure des polluants (benzène, dioxyde de carbone…). Désormais, cette dernière ne sera plus indispensable pour les structures ayant instauré un plan d’actions spécifique, à l’issue d’une évaluation portant en particulier sur la réduction des sources d’émission, l’entretien de la ventilation et la diminution de l’exposition. La majorité des ERP sociaux et médico-sociaux [1] ont jusqu’au 1er janvier 2023 pour se conformer à ces règles.

Décret n° 2015-1000 du 17 août 2015 

Circulaire n° RDFF1503959C du 28 juin 2015 

[1] Mentionnées aux alinéas 1, 2, 4, 6, 7, 12 du I de l'article L312-1 du Code de l'action sociale et des familles

Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 135 - octobre 2015






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 201 - septembre 2021
Aller-vers. Prendre les devants
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Délégation générale Groupe SOS

Directeur·trice d'Antenne de Nanterre pour son dispositif d'intermédiation locative H/F

France Terre d'Asile

Directeur Administratif et financier (F/H)

GROUPE SOS Jeunesse

CHEF/FE DE SERVICE MECS LES TOURELLES H/F

IRTS Île-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne

INGENIEUR DE FORMATION (H/F)

Département de la Haute Garonne

RESPONSABLE ADJOINT DE MAISONS DES SOLIDARITÉS H/F


Voir toutes les offres
Agenda
28 octobre 2021, à distance

Innover pour le bien vieillir : quelles alternatives à l'Ehpad ?

3 novembre 2021, à Taissy (Marne)

C’est ma vie, c’est moi qui choisis !

4 au 5 novembre 2021, à Paris

Vous avez l’heure, nous avons le temps…

8 au 10 novembre 2021, à Paris

Santexpo

8 au 10 novembre 2021, à Paris

Santexpo


Voir tous les évènements
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.