Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Et vous ?
Osez la confiance !

01/01/2022

Condition du bien-être et de l’efficacité des personnels, la confiance s’avère un puissant moteur dans la vie professionnelle, témoignent les directeurs. Un climat qui s’instaure en faisant ce qu’on dit.

« Nous devons transformer les modes de management pour les faire davantage reposer sur la confiance. » C’est l’une des recommandations d’un rapport sénatorial sur l’avenir du télétravail paru à l’automne dernier [1]. Entre confiance et contrôle, le travail à distance, qui s’est imposé dans bien des cas comme une solution pour assurer la continuité de l’activité pendant la crise sanitaire, a en effet « confiné » au jeu d’équilibriste pour certains managers. Mais qu’est-ce que cette ligne de conduite à laquelle appellent les parlementaires ?

Un lien de dépendance

Petit détour par un panel de définitions pour comprendre. « Faire confiance revient à se rendre dépendant d’autrui, l’étymologie étant la même que celle du verbe confier, soulève Laurent Karsenty, chercheur associé au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) et à la chaire Confiance et management à l’université Paris Dauphine. Confier quelque chose à quelqu’un, c’est se rendre quelque peu vulnérable à son égard, mais on se fonde sur ses compétences et bonnes intentions pour prendre en compte nos intérêts. »

Pour être solide, ce sentiment doit aussi s’appuyer sur des faits, accumulés en fonction des interactions avec les autres. « J’ai a priori confiance, je ne peux manager sans cela, témoigne Laure Leyris, directrice de l’Ehpad public Marguerite de Flandre, à Orchies (Nord). Mais celle-ci se construit aussi au quotidien, en faisant ce que l’on dit. » Même perception chez Guillaume Salomon, directeur de territoire de l’association Adapei de Seine-et-Marne qui, pour sa part, passe par l’analogie du réservoir pour qualifier son rapport à cette notion : « Chez moi, la jauge de départ est pleine, la confiance existe de facto. Puis elle est confortée ou réduite en fonction des relations de travail. »

Quel manager êtes-vous ?

En pratique, comment s’exerce-t-elle dans le rapport avec les équipes ? « Un premier type de management reposant sur ce principe est concertatif ou consultatif : écouter les avis des professionnels, juger que la parole d’autrui compte, constitue une forme de confiance, analyse Laurent Karsenty, par ailleurs consultant et fondateur du cabinet Ergomanagement. Une autre forme est participative : elle s'appuie sur la constitution de groupes de travail en vue d’une prise de décision commune, animés par un responsable considérant ses personnels qualifiés. Enfin, le management par délégation en est la forme la plus avancée : en s’assurant préalablement des compétences, on délègue des décisions à ses collaborateurs. Ces derniers peuvent prendre toutes celles nécessaires à l’intérieur du cadre défini par le dirigeant, à condition de l’en informer. Il ne s’agit donc pas de donner un chèque en blanc : la confiance nécessaire dans ce cas se construit. »  

Un cercle vertueux

Une fois tissée, elle produit un cercle vertueux. « Je fais confiance à chaque professionnel dans la place qu’il occupe, témoigne ainsi Élisabeth Liotard, directrice de l’association Viffil SOS Femmes, à Villeurbanne (Rhône). Et je dis même aux équipes qu’elles peuvent interroger les décisions. » « Cette libre parole favorise ce sentiment, lui-même garanti par le cadre institutionnel, qui le promeut jusque dans le recrutement des professionnels, auquel les personnels prennent part », acquiesce Ludivine [2], travailleure sociale au centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour femmes géré par l’association. Fraîchement salariée lors d’une création de poste d’intervenante sociale en commissariat, sa collègue Élise [2] estime quant à elle que carte blanche lui a été donnée à son arrivée : « La confiance est là d’emblée, les remontées d’informations sont prises en compte, ce qui favorise la bonne orientation des publics et ainsi un meilleur accompagnement. »

Un pari gagnant-gagnant ? « Pour le manager, cela permet de gagner du temps et d’avoir l’esprit dégagé pour se concentrer sur des tâches où il a une réelle valeur ajoutée, conclut Laurent Karsenty. Pour les collaborateurs, savoir que le dirigeant est en capacité de prendre un risque engendre une reconnaissance, qui renforce leur engagement au travail, leur prise d’initiative et leur autonomie. »

[1] « Huit questions sur l’avenir du télétravail, vers une révolution du travail à distance ? », rapport d'information n° 89, Sénat, octobre 2021

[2] Par souci de discrétion, les patronymes des professionnelles ne sont pas cités.

Justine Canonne

« Savoir rétablir la confiance »

Laurent Karsenty, chercheur, consultant, fondateur du cabinet ErgoManagement

« Pour un manager, restaurer la confiance rompue avec les professionnels implique diverses étapes. D’abord, identifier les sources de la défiance, les comportements qui en sont à l’origine – il peut notamment ne pas avoir répondu à des attentes des personnels, par exemple avoir échoué à effectuer des recrutements attendus pour combler un manque. Il convient ensuite de reconnaître le tort causé, comme la surcharge entraînée par le sous-effectif non résolu, et, dans la mesure du possible, offrir des compensations. Il faut aussi expliquer pourquoi les attentes n’ont pu être satisfaites. Ces étapes restent toutefois insuffisantes car la confiance est toujours une projection dans l’avenir : il faut donc prendre les mesures de nature à convaincre que la situation ne se reproduira pas, ce qui, dans l’exemple, peut consister à déclencher immédiatement certains recrutements. »

Publié dans le magazine Direction[s] N° 204 - janvier 2022






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 204 - janvier 2022
Droits et libertés des publics. Vingt fois sur le métier
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
C.D.E Leclerc Chauvin

Cadre socio-éducatif (H/F)

Association Mlezi Maoré

Directeur d'IME/SESSAD H/F

Association Mlezi Maoré

CHEF DE SERVICE ESR/SAMIF/ADMINISTRATEUR AD’HOC H/F

CAP DEVANT

RESPONSABLE MAINTENANCE TECHNIQUE (H/F)

FEDERATION APAJH

Directeur Adjoint F/H


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.