Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Droit du travail
Recours à l’intérim, les points de vigilance

28/12/2022

Dans la pratique, faire appel à un professionnel intérimaire revient à peu près au même qu’employer un salarié en CDD. Néanmoins, des différences de taille existent, à commencer par le rôle de l’entreprise de travail temporaire qui fait le lien entre les parties prenantes.

L’intérim se rapproche à de nombreux égards du recours au contrat de travail à durée déterminée (CDD). La différence majeure réside dans l’existence d’une relation triangulaire entre l’organisme gestionnaire, l’entreprise de travail temporaire (ETT) et le salarié. Le premier n’est pas lié directement à l’intérimaire, mais à son prestataire par un contrat de mise à disposition.

Cadrer le contrat de mise à disposition

Ce document est fondamental puisqu'il contient les mentions obligatoires permettant de justifier, en cas de contentieux, du recours régulier au personnel intérimaire. En effet, ce contrat de mise à disposition doit nécessairement comporter le motif de recours au travail temporaire. Ces motifs sont similaires à ceux liés à l'usage du CDD. Il n’y a donc pas de flexibilité particulière sur ce point, tout comme le bénéfice pour le salarié intérimaire d’une indemnité de fin de mission équivalente à l’indemnité de précarité, c’est-à-dire d'un montant de 10 %.

Le recours à l’intérim ne doit pas non plus avoir pour effet ou pour objet de pourvoir durablement à un emploi permanent de l’organisme gestionnaire. Les règles de renouvellement sont également en tout point semblables. En outre, le salarié intérimaire est tenu à l’obligation vaccinale dans les mêmes conditions que les salariés de l’entreprise utilisatrice.

De la main d'œuvre immédiate

Mais alors, pourquoi recourir à l’intérim ? Au delà de la réduction des formalités administratives, la principale souplesse offerte – et elle est majeure – réside dans la disponibilité immédiate de main d’œuvre, puisque le recrutement est de la seule prérogative de l’entreprise de travail temporaire.

En revanche, faire appel à l’intérim n’est aucunement synonyme de main d’œuvre à moindre coût. À l’heure des différentes mesures liées à l’attractivité des métiers, il est bien évident que le travailleur temporaire doit bénéficier des différentes revalorisations. En effet, le principe est celui de l’équivalence de rémunération des intérimaires [1]. C’est bien l’ETT, juridiquement seul employeur du salarié, qui doit le rémunérer, puis refacturer à l’organisme gestionnaire. Se pose d’ailleurs la question de l’opposabilité de cette dépense auprès des différents financeurs. En effet, nombre d’organismes gestionnaires se sont vu opposer un refus de financement par l’agence régionale de santé (ARS) ou les conseils départementaux. Il revient également à l’ETT de faire respecter le principe d’égalité de traitement entre le professionnel intérimaire et un salarié occupant un même poste de travail au sein de la structure.

Quelle égalité de traitement ?

Reste que ce principe d’égalité de traitement soulève encore des interrogations. Le forfait « mobilités durables » en constitue une illustration récente : le législateur et l’administration n’ont pas indiqué si sa mise en place dans une entreprise s’étendait obligatoirement aux intérimaires. Toutefois, le Bulletin officiel de la Sécurité sociale (Boss) vient préciser que « toutes les catégories de salariés et assimilés sont susceptibles d'être concernées par ce dispositif : les salariés en CDI, CDD, les salariés intérimaires, les apprentis, les stagiaires. »[2] Cette analyse est d’ailleurs partagée par le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires [3]. Le cas échéant, c’est là encore à l’entreprise de travail temporaire de verser le forfait « mobilités durables », à charge pour elle de le refacturer à l’organisme gestionnaire.

[1] Code du travail, articles L1251-43, 6° et L1251-18

[2] Boss, Avantages en nature et frais professionnels, chapitre 4, section 4, forfait « mobilités durables », § 1100

[3] FAQ du 15 septembre 2022 au sujet de la loi n° 2019-1428 du 24 décembre 2019

Stéphane Picard, Picard avocats

Élections professionnelles : quid des travailleurs temporaires ?

Rappelons enfin – période de renouvellement du comité social et économique (CSE) oblige – que les travailleurs temporaires, bien qu'ils ne fassent pas partie du personnel de l'entreprise utilisatrice, entrent dans le calcul des effectifs pour déterminer l'obligation de mettre en place l’instance et le nombre de représentants à élire, sauf s’ils remplacent un salarié absent ou dont le contrat de travail est suspendu [1]. En revanche, l’intérimaire n’est ni électeur ni éligible aux élections professionnelles de l'entreprise utilisatrice et ce, même s'il est présent dans celle-ci au moment du scrutin.

[1] Code du travail, article L1111-2, 2°

Publié dans le magazine Direction[s] N° 215 - janvier 2023






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 227 - février 2024
Validation de l'expérience. Des parcours facilités ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
sauvegarde 93

UN DIRECTEUR DE POLE (H/F)

sauvegarde 93

UN CHEF DE SERVICE (H/F)

Le Département de la Manche

Cadre territorial de l’aide sociale à l’enfance CHERBOURG-HAGUE

Association Phare en Roannais

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT (H/F)

Département du Val-de-Marne

RESPONSABLE DE L'ESPACE DEPARTEMENTAL DES SOLIDARITES (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Logo Trophée 2

Participez au Trophée Direction[s] 2023 !

Sous le haut patronage de :

Aurore Bergé, ministre des solidarités et de la famille,

Madame Fadila Khattabi, ministre déléguée chargée des Personnes handicapées,

et

Charlotte Caubel, secrétaire d’État auprès de la Première ministre, chargée de l’Enfance.

 

En partenariat avec :

Logo Axiome

et