Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Budget 2022
Les orientations pour les CHRS

18/05/2022

Montant des crédits alloués en 2022 au fonctionnement des centres d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) ? 691,3 millions d’euros (661 millions en 2021). Une enveloppe qui ne prévoit pas le financement des revalorisations annoncées lors de la Conférence des métiers, dont les modalités d’octroi « restent à préciser », indique l’administration.

Dernière année d’économies

Pour la dernière année, le mécanisme de convergence négative pourra être déclenché sur la base des tarifs plafonds. Son montant dépendra des évolutions intervenues dans les groupes homogènes d’activité et de missions (GHAM) de l’établissement [1], mais aussi de l’année à laquelle il est concerné pour la première fois par les plafonds. Conséquence, traduit Tiphaine Vanlemmens, chargée de mission Hébergement à la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS) ? « Pour les centres qui viennent d'y être soumis, l’effort budgétaire pourrait aller jusqu’à 100 % de l’écart constaté avec la dotation 2021, là où d’autres ont eu plusieurs années pour cela. L’administration précise aussi que des abattements supplémentaires pourront être appliqués pour tenir compte des tarifs moyens du territoire. In fine, certains CHRS pourraient se retrouver avec des coûts à la place inférieurs aux plafonds, même si cela dépendra du dialogue avec les autorités. » Économies escomptées par les pouvoirs publics : 5 millions d’euros. À retenir encore, aucune modulation n’est à prévoir en cas de sous-activité (ou de fermeture temporaire) en 2020 ou 2021, liée à la crise sanitaire.

CHRS hors les murs

Conformément à la Stratégie du Logement d’abord, le mouvement de transformation de l’offre se poursuit. L’accent est mis sur le dispositif des CHRS « hors les murs », pour lequel la publication prochaine d’un cahier des charges est annoncée. Autre axe : la mutation de places d’hébergement d’urgence sous statut CHRS. « 30 millions d’euros sont à ces fins redéployés, sans précision d’ailleurs sur le nombre de places à transformer, reprend Typhaine Vanlemmens. Le problème est que sur le terrain, ces changements se font souvent sans financement supplémentaire, ce qui rend impossible toute amélioration de la qualité. En outre, le risque est que ces places “CHRisées” à bas coût nivelle par le bas les tarifs des centres. » Pour mener à bien ces évolutions, en tenant compte du retard accumulé, le calendrier de signature des contrats pluriannuels d'objectifs et de moyens (CPOM) est desserré de deux ans, soit jusqu’à la fin 2024. « Il faut maintenant profiter de ce délai pour accompagner au mieux les acteurs, car les besoins sont importants, assure Typhaine Vanlemmens. Les crédits d’ingénierie un temps débloqués dans ce but devraient être renouvelés pour que la démarche se poursuive au mieux. »

Arrêtés du 12 avril et instruction du 22 avril 2022

[1] ou de la répartition de ses places par GHAM.

Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 209 - juin 2022






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 232 - juillet 2024
ESSMS. À fond le sport
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

DIRECTEUR·RICE GÉNÉRAL·E DU CDEF 93

Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

MEDECIN REFERENT MALADIES INFECTIEUSES

UDAF DE LA MARNE

DIRECTEUR DE POLE (H/F)

Le Département de la Manche

Responsable du territoire de solidarité Coutançais (f/h)

Département du Val-de-Marne

GESTIONNAIRE COMPTABLE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Logo Trophée 2

Participez au Trophée Direction[s] 2024 !

Sous le haut patronage de :

Fadila Khattabi, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et des Personnes handicapées,

et

Sarah El Haïry, ministre déléguée chargée de l’Enfance, de la Jeunesse et des Familles.

 

En partenariat avec :

Logo Axiome