Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Esat
Le « choc » de la convergence

20/03/2024

Faut-il faire converger les droits des travailleurs handicapés en établissement et service d’aide par le travail (Esat) vers un statut de quasi-salarié ? Non, en l’état actuel des choses, répondent au Gouvernement les inspections générales des finances et des affaires sociales, dans un rapport daté de février 2024. La mission estime les bénéfices trop limités pour les travailleurs au regard de l’« impact choc » que la réforme de la rémunération aurait sur le budget des structures. Conjuguée à la création de la complémentaire santé collective, elle risquerait de plonger 55 % des Esat en déficit, contre 29 % actuellement. « Une position de bon sens. Il faut opérer avant une profonde révision des prestations sociales », juge Patrick Maincent, vice-président de l’union nationale Unapei. « Par exemple, nous apprenons à la lecture du rapport que les efforts de 13 % des structures pour verser une prime d’intéressement n’auront servi à rien. En effet, son exclusion de la base ressource de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) ne se fait visiblement que sur réclamation ! », illustre-t-il. Réponse de la mission ? Il faut simplifier l’AAH en milieu protégé, en développant en parallèle des politiques de rémunération plus dynamiques en faveur des éventuels « perdants ».

Doper la transformation

Selon les inspections, la priorité doit être donnée au déploiement du plan de transformation des Esat. « Le chemin, on le connaît. Nous devons baisser la barre de la sous-traitance, développer des prestations et distributions au plus près des territoires, réagit Patrick Maincent. Mais il nous manque les moyens pour le faire : nous n’avons pas l’ombre d’un fonds d’accompagnement Fatesat pour 2024. »

La mission juge également décisives les expérimentations ouvertes par la loi Plein emploi pour clarifier l’objectif d’insertion vers le milieu ordinaire des Esat. Et préconise une structure départementale « hors les murs » d’ici à 2030. Enfin, estime-t-elle, le pilotage des structures « devrait être renforcé » via plusieurs leviers : le déploiement de la nouvelle démarche d’évaluation, l’instauration d’un plan de contrôle dans le cadre de la Conférence nationale du handicap ainsi que l’accélération de la réforme tarifaire Serafin-PH. Un dernier point « sous la vigilance » de Patrick Maincent, qui conclut : « Voyons maintenant comment la ministre Fadila Khattabi se saisira de ce travail. »

Laura Taillandier

Publié dans le magazine Direction[s] N° 229 - avril 2024






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 232 - juillet 2024
ESSMS. À fond le sport
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

DIRECTEUR·RICE GÉNÉRAL·E DU CDEF 93

Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

MEDECIN REFERENT MALADIES INFECTIEUSES

UDAF DE LA MARNE

DIRECTEUR DE POLE (H/F)

Le Département de la Manche

Responsable du territoire de solidarité Coutançais (f/h)

Département du Val-de-Marne

GESTIONNAIRE COMPTABLE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Logo Trophée 2

Participez au Trophée Direction[s] 2024 !

Sous le haut patronage de :

Fadila Khattabi, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et des Personnes handicapées,

et

Sarah El Haïry, ministre déléguée chargée de l’Enfance, de la Jeunesse et des Familles.

 

En partenariat avec :

Logo Axiome