Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Esat
Tarifs plafonds en Esat : pas de clause particulière dans les CPOM !

19/04/2016

Dans un arrêt du 7 avril 2016, le Conseil d'État fait très partiellement droit à la requête des fédérations - Apajh, Apte, Adapt, APF, Fehap, Fegapei, Unapei, Uniopss... - qui demandaient l'annulation de l'arrêté du 30 avril 2014 fixant les tarifs plafonds applicables aux établissements et services d'aide par le travail (Esat).

Articulation tarifs plafonds et CPOM

La Haute juridiction administrative annule un point particulier de l'arrêté de 2014 - le troisième alinéa de l'article 1er - considérant qu'il exigeait plus que ce que prévoit l'article R. 314-40 du code de l'action sociale et des familles (CASF).

Dans sa rédaction d'origine, l'article 1er de l'arrêté encadre l'articulation des tarifs plafonds avec l'éventuelle mise en œuvre d'un contrat pluriannuel d'objectifs et de moyens (CPOM). Deux règles étaient jusqu'à présent à respecter :

  • les tarifs plafonds sont opposables aux Esat à l'exception de ceux ayant conclu un tel contrat en cours de validité ;
  • les CPOM signés à compter du 20 mai 2014 doivent comporter un volet financier organisant, par groupe fonctionnel et pour la durée du contrat, les modalités de fixation annuelle de la tarification conformes aux règles permettant de ramener les tarifs pratiqués au niveau des tarifs plafonds.

Atteinte à la liberté contractuelle ?

Ces secondes règles viennent d'être censurées par le Conseil d'État. Ce dernier rappelle que les dispositions de l'article R. 314-40 du CASF énumèrent de manière limitative les modalités selon lesquelles le volet financier des CPOM détermine, pour la durée de la convention, les modalités de fixation annuelle de la tarification. Or, au nombre de ces possibilités « ne figurent pas celle consistant à imposer à ces contrats de contenir des modalités de fixation annuelle de la tarification "conformes aux règles permettant de ramener les tarifs pratiqués au niveau des tarifs plafonds" », estime la Haute juridiction administrative. Laquelle, ce faisant, apporte sa contribution à la défense de la liberté contractuelle des parties au CPOM dans un contexte où la restriction budgétaire pèse sur les négociations.

Source : arrêt du Conseil d'État du 7 avril 2016 (n° 382652)

Linda Daovannary






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 204 - janvier 2022
Droits et libertés des publics. Vingt fois sur le métier
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Maison Départementale de l'Enfance

Chef de service éducatif H/F

PEP 71

Directeur-Adjoint H/F

Département de la Haute-Savoie

MEDECIN DE L'EQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE - H/F

CAP DEVANT

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT (H/F)

Association Mlezi Maoré

Directeur d'IME/SESSAD H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.