Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Jeunes travailleurs
La procédure de dérogation aux travaux interdits est simplifiée

17/10/2013

L’autorisation de déroger à l’interdiction d'employer des jeunes de moins de 18 ans en formation professionnelle, sur certaines catégories de travaux, est désormais valable trois ans. Non plus pour le jeune lui-même mais pour le lieu dans lequel il est accueilli.

Les directeurs d’établissement, assurant l’embauche et la formation professionnelle des jeunes entre 15 et 18 ans, peuvent désormais être autorisés par l’inspecteur du travail à les affecter à des travaux interdits pour une durée de trois ans. L’autorisation de dérogation ne concerne plus le jeune lui-même, mais le lieu où il est accueilli. Cette procédure simplifiée, instituée par un décret du 11 octobre 2013, vient remplacer la règle de dérogation annuelle, accordée a priori par l’inspecteur, pour chaque jeune en formation.

Procédure

Pour obtenir la dérogation, l’employeur et/ou le chef d’établissement doivent remplir certaines conditions, détaillées par le décret. Ils doivent ainsi, notamment, « assurer l’encadrement du jeune en formation par une personne compétente » et « avoir procédé à l’évaluation des risques ».

La demande d’autorisation doit être adressée à l’inspecteur du travail « par tout moyen conférant date certaine » et doit préciser, entre autres, le secteur d’activité de l’établissement, les travaux interdits susceptibles de dérogation nécessaires à la formation et les équipements de travail requis.

Public

L’autorisation de dérogation s’applique aux jeunes âgés d’au moins 15 ans et de moins de 18 ans en formation professionnelle, et plus précisément aux :

  • apprentis et titulaires d'un contrat de professionnalisation ;
  • stagiaires de la formation professionnelle ;
  • élèves et étudiants préparant un diplôme professionnel ou technologique ;
  • jeunes handicapés ou présentant des difficultés d'adaptation accueillis dans les établissements ou services d'enseignement qui assurent une éducation adaptée et un accompagnement social ou médico-social ;
  • jeunes accueillis dans les établissements et services d'aide par le travail (Esat) ; les centres de préorientation ; et les centres d'éducation et de rééducation professionnelle ;
  • jeunes accueillis dans les établissements ou services à caractère expérimental ;
  • jeunes accueillis dans les établissements ou services gérés, conventionnés ou habilités par les services de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ).

Par ailleurs, un deuxième décret, daté du même jour, actualise la liste des travaux interdits et « réglementés » (c'est-à-dire susceptibles de dérogation) pour les jeunes de moins de 18 ans.

A noter : la nouvelle procédure de dérogation est applicable depuis le 14 octobre, mais les autorisations individuelles, en vigueur au 13 octobre, restent valables jusqu’à leur terme.

Décrets n° 2013-914 et n° 2013-915 du 11 octobre 2013, JO du 13 octobre

Elise Brissaud






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 201 - septembre 2021
Aller-vers. Prendre les devants
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
CDSEA 91

Chef de Service H/F

APAJH du VAR

DIRECTEUR IME/EEAP/Répit/SSAD - Jardin d'Asclépios APAJH du Var

Maison Départementale de l'Enfance

Chef de service éducatif H/F

Conseil départemental de la Vendée

Puériculteur-trice encadrant-e

ARFIS OI - IRTS La Réunion

RESPONSABLE DE FORMATION (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.