Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Droit du travail
Durée du travail, congés, négociation collective... : les points clés de la polémique loi El Khomri

06/09/2016

Promise à une place de choix dans la future campagne présidentielle, la loi du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels est loin de se limiter à la nouvelle hiérarchie des normes qui, règles d'ordre public mises à part et dans des domaines précis tel que le temps de travail, étend la primauté des accords et conventions d'entreprises par rapport à ceux de branche.

Les opposants à la loi Travail (ou El Khomri) publiée le 9 août 2016 sont appelés à manifester pour la treizième fois à Paris et dans une quarantaine de villes en France le 15 septembre prochain. Les organisations syndicales notamment - la CGT en tête - gardent l'espoir que le texte reste inappliqué. Ce, alors que bon nombre de ses dispositions sont déjà inapplicables ! Selon le Sénat, environ 150 textes réglementaires (décrets ou arrêtés) sont "en attente de publication", tous domaines confondus. Reste à y voir un peu plus clair sur les grandes lignes de cette loi de 100 pages impactant les structures sociales et médico-sociales privées en tant qu'employeur. Nous reviendrons sur quelques mesures spécifiques au secteur, telles que le travail de nuit, dans nos prochaines publications.

Refondation du droit du travail

Au nom de cette "refondation", la loi prévoit notamment :

  • une réécriture du code du travail sur la base des travaux d'une commission d'experts et de praticiens des relations sociales qui devront rendre leur copie au Gouvernement dans un délai de 2 ans ;
  • la possibilité (non l'obligation) d'ajouter dans le règlement intérieur de l'entreprise des dispositions inscrivant le principe de neutralité et restreignant la manifestation des convictions des salariés ;
  • une nouvelle architecture des règles en matière de durée du travail et de congés ; à droit quasi constant (le travail de nuit est partiellement réformé par exemple), sont distinguées les normes relevant de l'ordre public, celles relevant du champ de la négociation collective et les dispositions dites "supplétives" qui sont applicables en l'absence d'accord ou convention collectif.

Réforme de la négociation collective

En matière de négociation collective, la loi :

  • fixe un nouveau cadre pour la négociation d’entreprise (préambule, clause de suivi, durée de l’accord fixé à 5 ans par défaut, publicité des accords, généralisation des accords dits de méthode) ;
  • revisite les règles de validité des accords (généralisation des accords majoritaires mais recours facilité au référendum d’entreprise) ;
  • favorise la renégociation en cas de mise en cause des précédents textes conventionnels et abandonne la notion d’avantages acquis ;
  • modifie une nouvelle fois les règles de négociation en l’absence de délégués syndicaux et sécurise les accords de groupe et interentreprises.

Une disposition peu commentée jusqu'à présent : la consécration, à compter du 1er janvier 2017, d'un "droit à la déconnexion" du salarié dont les modalités devront être définies par accord ou, à défaut, par l'employeur au moyen d'une charte.

Sécurisation des parcours professionnels

A ce titre, la mesure emblématique de la loi est la création d'un compte personnel d'activité (CPA) qui entrera en vigueur au 1er janvier 2017. Il regroupera le CPF (compte personnel de formation), le CPPP (compte personnel de prévention de la pénibilité), et le tout nouveau compte d’engagement citoyen qui recensera les activités bénévoles ou de volontariat de son titulaire et permettra d’acquérir des heures inscrites sur le CPF à raison de l’exercice de ces activités, et des jours de congés pour l’exercice de ces activités.

Des dispositions spécifiques sont en outre prévues pour la mise en oeuvre du CPF pour les personnes handicapées accueillies en établissement ou service d'aide par le travail (Esat). Enfin, la loi institue un dispositif d'emploi accompagné pour les personnes handicapées afin de favoriser leur insertion dans le milieu ordinaire de travail.

Promotion de l'emploi

Pour favoriser l'emploi, sont notamment prévus :

  • un droit à l'information juridique des entreprises de moins de 300 salariés ;
  • une nouvelle définition du licenciement économique qui entrera en vigueur au 1er décembre 2016 ;
  • un encouragement au recours à l'apprentissage.

Réforme de la médecine du travail

Enfin, l’organisation des visites médicales est précisée, la surveillance des salariés à risques ou handicapés étant renforcée. Les conditions de licenciement pour inaptitude sont par ailleurs revues et précisées.

Source : loi du 8 août 2016 (n° 2016-1088), JO du 9 août.

Sybilline Chassat-Philippe






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 176 - juin 2019
Recrutement. Partir gagnant
Voir le sommaire

Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
ASSOCIATION LE GUE

Directeur H/F

Mutualité Française Normandie

DIRECTEUR D'ETABLISEMENT

MOISSONS NOUVELLES

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES (H/F)

GEDHIF

DIRECTEUR H/F

UGECAM NORD-EST

DIRECTEUR D’ETABLISSEMENT H/F


Voir toutes les offres
Trophée 2019 : l'essentiel

Dépôt des candidatures
jusqu'au 19 juillet 2019

Téléchargez le dossier de candidature ici
________________________________________  

Le 15e Trophée Direction[s] est organisé sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

 

En partenariat avec : 

Voir le palmarès 2018
Voir le reportage vidéo du lauréat 2018

Espace pratique