Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Enveloppes régionales limitatives
Les ARS invitées à davantage de rigueur

21/04/2011

Procédure budgétaire déconnectée de la réalité, règles locales variables en matière de reprise des déficits et excédents, erreurs des services déconcentrés… Face à ces défaillances, un rapport (1) des inspections générales des affaires sociales (Igas) et des finances (IGF) préconisait, il y a un an, de revoir la procédure de répartition de l’objectif global de dépenses (OGD). Ces recommandations trouvent une première concrétisation en 2011. Sans attendre les résultats d’un « audit flash » mené auprès de quelques agences régionales de santé (ARS) pour identifier les causes du dépassement de l’OGD, « inégalé fin 2010 », l’administration rappelle son objectif : mettre un terme aux dérapages et à la gestion approximative des enveloppes de crédits limitatifs.

Budgétisation serrée

Pour la première fois en 2011, l’OGD est donc construit en crédits de paiements, soit une budgétisation au plus près des dépenses effectivement prévues. Les pouvoirs publics insistent aussi sur le « caractère strictement limitatif » des dotations régionales. Le mot d’ordre est clair : la tarification annuelle doit être directement corrélée au niveau des crédits disponibles. Les dotations régionales doivent donc intégrer l’ensemble des dépenses autorisées. « Il est demandé aux ARS de limiter au maximum les enveloppes déficitaires. Les établissements devront donc être particulièrement explicites », conseille l’avocat Olivier Poinsot. Et pour cause. En cas de déficit, les ARS doivent utiliser les dispositions (2) pour réformer d’office le montant « en écartant les dépenses [...] qui ne sont pas justifiées par les nécessités de la gestion normale de l’établissement ».
Par ailleurs, la Direction générale de la cohésion sociale rappelle la méthode de prise en compte du volume d’activité pour le calcul des prix de journée. Et insiste auprès des ARS pour que les structures qui ont plusieurs modalités de prise en charge adoptent une tarification modulée. « Les ARS risquent de faire pression sur les établissements qui peuvent avoir intérêt à conserver une tarification unique », pointe Olivier Poinsot.

Circulaire interministérielle n° DGCS/5C/DSS/2011/120 du 22 mars 2011 (1) Lire Direction(s) n° 73, p. 8 (2) Code de l'action sociale et des familles, article R314-52
Aurélie Raymond

Publié dans le magazine Direction[s] N° 85 - juin 2011






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 203 - décembre 2021
Baromètre Direction(s). Manque d'attractivité, le seuil d'alerte est dépassé
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
ADDSEA Sauvegarde Bourgogne Franche Comté

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

Les PEP CBFC

Directeur de Pôle Préventions et Soins H/F

Ville de Romainville

RESPONSABLE DE CENTRE SOCIAL (H/F)

Résidence d’Automne - APADIC

DIRECTEUR EHPAD H/F

Maison Départementale de l'Enfance

Chef de service éducatif H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.