Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Coronavirus
Faire appel à la réserve sociale

10/04/2020

Pour aider les structures sociales et médico-sociales à faire face au surcroît d’activité occasionné par l’épidémie de Covid-19, les pouvoirs publics ont lancé un appel à la mobilisation des étudiants en travail social. Conseils pour tirer parti de ce renfort.

La secrétaire d'Etat Christelle Dubos a annoncé, le 24 mars, le lancement d'une « réserve sociale » constituée d’étudiants volontaires en travail social. Il s’agit de prêter main-forte aux structures en manque de personnels et en surcroît d’activité pendant l’épidémie. Sont potentiellement concernés ceux des 40 000 étudiants en travail social non actuellement en stage : éducateurs spécialisés, moniteurs-éducateurs, éducateurs de jeunes enfants, conseillers en économie sociale et familiale, assistants de service social, accompagnants éducatifs et social... « Nous estimons le nombre total d’étudiants volontaires à environ 2 500 », précise Diane Bossière, déléguée générale de l’Unaforis.  

Quelles fonctions, quels statuts ?

« Pour des raisons de qualification comme de budget, avant d’avoir recours à la réserve sociale, les structures doivent, en priorité, redéployer en priorité leur personnel dans le cadre de mesures temporaire (article 31 de la CCN66), puis envisager la mise à disposition de personnels entre structures », recommande Julien Lognand, responsable du conseil en droit social chez Nexem.

Ces renforts peuvent avoir deux cadres : stage ou CDD. « Le ministère est clair : les missions de bénévolat, pourtant proposées par certaines structures, n’entrent pas dans ce cadre. Le format du stage ne convient guère mieux, les volontaires ne venant pas en plus, mais pour pallier une absence », pointe Julien Leloup, chargé de développement et responsable de la relation avec les employeurs à l’Institut régional de travail social (IRTS) Ile-de-France Montrouge-Neuilly-sur-Marne. Des positions appuyées par les employeurs.

« Nous préconisons le recours au CDD, pour surcroît temporaire d’activité ou remplacement de salariés absents, ainsi qu’au CDD remplacements multiples », déclare Julien Lognand.

Où trouver ces forces vives ?

Les préfectures ou les directions régionales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale ( DRJSCS) sont chargées de faire remonter les besoins, puis de faire le lien avec les centres de formation. La liste des volontaires devait être préparée avant le 24 mars par chacun. Mais la mobilisation peut être inégale selon les régions.

Les interlocuteurs ? La DRJSCS ou directement les instituts de formation. Certains ont mis en place des plateformes de recrutement, où les structures s’inscrivent, en renseignant plusieurs items (type et durée de la mission, profil souhaité etc.). C’est le cas de l'Ecole pratique de service social, à Cergy (Val d’Oise). Le 31 mars, les IRTS Montrouge et Paris Ile de France ont lancé une application de mise en relation visant à être étendue tout le territoire. Les fédérations sont aussi en appui. L’Uriopss Auvergne-Rhône-Alpes a ainsi créé une plateforme de liens entre associations pour échanger par département sur leurs besoins en renforts.

Quelles procédures de recrutement ?

Il convient de privilégier les étudiants les plus avancés dans leur formation et d’adapter les missions à leur niveau d’avancement. « Pour de l’aide aux devoirs ou des missions d’animation, tout étudiant, même de première année, peut convenir. Ce qui n’est pas le cas s’il s’agit de faire un entretien d’évaluation d’une situation de danger familial en action éducative en milieu ouvert », illustre Julien Leloup.

La durée du contrat ou de la convention dépend du motif. Pour un remplacement, on se calera sur l’absence des salariés remplacés. S’il s’agit d’un surcroît temporaire d’activité, la durée est à la libre appréciation de l’employeur, quitte à renouveler ce CDD (jusqu’à deux fois). Le coefficient de départ sera au minimum au niveau du SMIC. « Mais les grilles salariales prenant en compte l’ancienneté, l’expérience peut être valorisée », pointe Julien Lognand.

Une formation, même courte, s’impose, pour s’assurer une vigilance maximale des volontaires sur les consignes sanitaires et d’hygiène. Il faudra aussi les sensibiliser à un mode d’organisation exceptionnel. Le dispositif pourrait avoir vocation à être pérennisé au-delà de la crise actuelle, pour constituer une réserve sociale permanente bienvenue pour tous.

Catherine Piraud-Rouet






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 212 - septembre 2022
Bientraitance. Une vigilance permanente
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
LES PEP CBFC

DIRECTEUR ADJOINT D'ETABLISSEMENT MEDICO-SOCIAL (H/F)

IRTS Île-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne

INGENIEUR DE FORMATION (H/F)

Fondation Casip-Cojasor

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT (EHPAD) H/F

ALTERITE

DIRECTEUR GENERAL ADJOINT (H/F)

ADDSEA – Insertion Prévention Jeunes

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)


Voir toutes les offres
Agenda
30 septembre 2022, à Mauges-sur-Loire (Maine-et-Loire)

L'avenir de l'action médicale et médico-sociale

30 septembre et 1er octobre 2022, à Paris

Vieillir où on veut comme on veut : pour une ville de tous les possibles

3, 4 et 5 octobre 2022, à Saint-Romain-en-Gal (Rhône)

Dessine-moi les solidarités de demain

4 octobre 2022, à Paris

Adolescents « incasables » ? Jamais !

5, 6 et 7 octobre 2022, à Nice

Innovation, technologies, qualité de vie des aînés : quelle place pour leur libre choix ?


Voir tous les évènements
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Les candidatures sont closes !

La cérémonie de remise des prix se tiendra
le jeudi 1er décembre, à Paris.

Inscrivez-vous pour y assister.


En partenariat avec :