Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Droit du travail
Relations sexuelles avec un usager : une faute grave

04/05/2022

Si un employeur ne peut sanctionner, sauf exceptions précises, des salariés qui auraient des relations sexuelles entre eux sur leur lieu de travail, il en va autrement lorsque ces rapports impliquent des personnes accompagnées. Même si celles-ci sont consentantes.

La question des relations sexuelles qui pourraient avoir lieu au travail, par nature épineuse, l’est d’autant plus dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSMS). L’employeur doit en effet faire preuve d’une particulière vigilance vis-à-vis du comportement des professionnels à l’égard des usagers.

Des principes dégagés par la Cour de cassation

Un fait relevant de la vie personnelle de l’employé (au sens de vie extraprofessionnelle) ne peut constituer un motif de licenciement. Première exception toutefois ? Il est possible de le licencier si son comportement a créé, compte tenu de ses fonctions et de la finalité propre de l’entreprise, un trouble caractérisé.

Seconde exception permettant au dirigeant de retrouver son pouvoir disciplinaire : il faut que le fait puisse soit se rattacher à la vie professionnelle du salarié, soit caractériser un manquement à une obligation contractuelle. L’employeur informé d’une relation intime entre deux salariés ne peut donc valablement sanctionner ces derniers, sauf à caractériser l’une de ces deux exceptions.

Un rapport sexuel peut justifier un licenciement…

Toutefois, lorsqu’une telle relation implique un professionnel et une personne prise en charge par un établissement social, sanitaire ou médico-social, la solution diffère. La jurisprudence valide en effet les licenciements pour faute grave notifiés à des salariés ayant eu des rapports sexuels avec des personnes accompagnées par le dispositif.

Ainsi, ressort de l’analyse de la jurisprudence, que :

  • la circonstance que la relation sexuelle entre le salarié et la personne se déroule pendant ou en dehors des temps et lieu de  travail  est indifférente. Autrement dit, une relation intime survenue en dehors de l’horaire de travail et au domicile du professionnel est quand même rattachable à ses fonctions et justifie à ce titre la notification d’une sanction disciplinaire [1] ;
  • la vulnérabilité des personnes accueillies (une situation de handicap notamment) est systématiquement prise en compte par les juridictions lorsqu’elles apprécient la gravité des manquements commis ;
  • les juges ne statuent pas sur la question du consentement des usagers. Autrement dit, leur accord ne constitue pas une circonstance atténuante pour le salarié.

… au même titre qu’une relation platonique

La jurisprudence va encore plus loin et n’hésite pas à valider le licenciement notifié en raison de l’existence d’une (simple) relation amoureuse. Le juge impose ainsi aux employés d’opérer une « distinction sans faille des sphères privées et professionnelles »[2] et n’hésite pas à sanctionner tout débordement. À titre d’illustration, a été validé le licenciement d’un salarié au motif que celui-ci avait « entretenu des relations amicales complices, susceptibles d'évoluer sur le mode amoureux, mais exclusives de toute connotation sexuelle »[3].

Quel motif de licenciement ?

L’employeur ne peut valablement sanctionner un salarié en raison d’un comportement qu’il considérerait comme immoral. Pour être fautifs, les agissements du salarié doivent pouvoir être rattachés à un manquement professionnel. En pratique, les motifs de licenciement admis par la jurisprudence, que l’employeur pourra invoquer, sont divers : manquement au devoir de loyauté, violation des dispositions du règlement intérieur en matière d’éthique
et de correction, « atteinte à la confiance que porte l’employeur à son salarié », « mise en danger du fonctionnement de l’établissement » notamment[4].

[1] Cour d'appel (CA) Besançon, 6 mai 2014, n°13/00426

[2] Ibid.

[3] CA Saint-Denis de La Réunion, 30 novembre 2010, n° 09/00610 

[4] Ibid. ; CA Saint-Denis de la Réunion, 13 décembre 2016, n°14/01798

Dimitri Colin, avocat au barreau de Paris, cabinet Picard avocats

Qu'en est-il de la responsabilité de l'employeur ?

Si le chef d'entreprise doit assurer le respect de la vie privée et des libertés individuelles des salariés et personnes accompagnées, il est avant tout garant de leur sécurité. À ce titre, il doit prévenir et sanctionner toute situation de harcèlement sexuel et sera susceptible de voir sa responsabilité engagée en cas de manquement à son obligation en la matière. Une solution identique est à retenir en cas d’agression sexuelle d’un résident par un autre résident, qui surviendrait au sein des locaux professionnels. Ainsi, un Ehpad a été condamné au paiement de la somme de 10 000 euros de dommages et intérêts à un usager victime d’une agression sexuelle [1]. L’employeur devra donc faire preuve de discernement afin de parvenir au juste équilibre entre le respect des libertés individuelles et la mise en place de conditions de travail et d’accueil adaptées et sécurisées.

[1] TA Poitiers, 22 novembre 2012, n°1002479

Publié dans le magazine Direction[s] N° 208 - mai 2022






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 210 - juin 2022
Transformation de la fonction publique
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
DEPARTEMENT DE LA SARTHE

DIRECTEUR ENFANCE FAMILLE (H/F)

Ville de Sèvres

CHEF DE SERVICE (H/F)

Association CAP A CITE

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

ALTERITE

DIRECTEUR ADJOINT D'ESAT (H/F)

CCAS de Vergèze

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT (H/F)


Voir toutes les offres
Agenda
3 septembre 2022, à Paris et à distance

Assises nationales contre les féminicides

8 au 10 septembre 2022, à Reims

Journées d'études sur le handicap psychique

9 septembre 2022, à Paris

La BD dans le social, le social dans la BD

13 septembre 2022, à Paris

Parcours de jeunes en institutions

15 et 16 septembre 2022, à Nantes

La mêlée. Rencontres de l’action sociale et de la santé


Voir tous les évènements
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Les candidatures sont closes !

La cérémonie de remise des prix se tiendra
le jeudi 1er décembre, à Paris.

Inscrivez-vous pour y assister.


En partenariat avec :