Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Et vous ?
L’arbitrage, un vrai sport !

03/01/2024

Comme sur un terrain de sport, un manager se doit parfois de rappeler les règles du jeu et de trancher pour que la partie suive son cours. Une position d’arbitre, parfois délicate, qui nécessite d’adopter certaines postures.

Que ce soit pour des questions anodines ou des enjeux stratégiques visant, par exemple, à augmenter l’efficience de la structure, arbitrer est au cœur des missions d’un directeur. « L’arbitrage, c’est la décision finale. Comme dans un match où, à un certain moment, il faut déterminer si on accorde une pénalité ou un avantage », illustre Didier Delpeyrou, directeur du centre social Solidarité Roquette (Paris). Une logique résumée par Sylvie Deffayet Davrout, docteur en leadership et professeur en management à l'École des hautes études commerciales : « Arbitrer, c’est exercer du leadership, à savoir une relation d’influence orientée vers la performance. Dans une organisation, l’arbitre est là pour faire respecter les règles, lesquelles visent à protéger les groupes et permettre aux individus d’optimiser leurs talents. »

Prise de risque permanente

Pas toujours simple pourtant de trancher, en particulier quand le choix touche des enjeux vitaux. « Au cœur de la crise Covid, j’ai dû contrer le refus de l’établissement où j’officiais de pratiquer des tests, se souvient Catherine Philippe, manager de transition. Cela a pourtant évité la création d’un cluster. » Si la tentation peut donc être forte de différer un arbitrage, voire de l’abandonner, c’est parce qu’il rime toujours avec prise de risque. Celui de se tromper d’abord. Ou de tomber dans l’interventionnisme, en particulier dans les organisations à la culture basée sur la cogestion et la coopération. C’est, là encore, s’exposer à l’impopularité ou au conflit. « L’objectif d’un dirigeant n’est pas de préserver une bonne ambiance, mais d’être au service du jeu avant d’être à celui des joueurs », recadre Sylvie Deffayet Davrout.

Quand l’enjeu est important, on peut même y jouer sa carrière, souligne Benoît Bastien, arbitre international à la Fédération française de football et coach en préparation mentale : « Un arbitre doit prendre environ 140 décisions par match, toutes évaluées par rapport aux performances de ses homologues, avec des conséquences parfois lourdes sur sa carrière et sa rémunération. »

Convaincre de sa légitimité 

Pour mettre toutes les chances de leur côté, les managers peuvent s’inspirer des pros. « Premier impératif : mettre son langage corporel en accord avec son message verbal. À savoir, faire face à la personne, la regarder dans les yeux, se tenir droit », énumère Sylvie Deffayet Davrout. En clair : montrer qu’on est sûr de sa légitimité. Ce qui ne coule pas de source pour les managers de transition envoyés éteindre des incendies managériaux là où personne ne les connaît... Préalable indispensable pour eux : établir la confiance nécessaire. « Cela implique de soigner communication et transparence et de faire appel à l’intelligence émotionnelle », note Catherine Philippe. Pour convaincre, il faut être de tous les coups sur le terrain, tout en ayant une vision fine de l’ensemble du jeu – à savoir du dossier, de ses enjeux et de la méthode. Tout en privilégiant la mise en retrait pour encourager au maximum l’autonomie des équipes. « Moins on nous voit sur le terrain, mieux c’est », confirme Benoît Bastien. Autre qualité de l’arbitre : garder, en toutes circonstances, le contrôle de lui-même.

Savoir temporiser

Bien arbitrer, c’est aussi savoir mettre le temps de son côté, illustre Benoît Bastien : « Moi sur le terrain, je dispose de moins d’une seconde pour trancher, alors qu’un dirigeant peut, lui, temporiser – en rassurant sur le fait que le dossier étant désormais entre de bonnes mains, il donnera sa réponse rapidement et donc qu’il ne sert à rien d’essayer de l’influencer. » Pour sécuriser la décision et lever tout flou, synonyme d’incertitude pour les équipes, il est aussi bon de savoir remettre un arbitrage à plus tard tant qu’on n’a pas tous les éléments. « Ne pas hésiter non plus à prendre du temps pour expliquer une décision mal comprise. Cela permet d’en gagner par la suite », complète Catherine Philippe.

La posture gagnera en outre à être adaptée en fonction du public concerné. « Plus celui-ci est éloigné des réalités décisionnelles et plus il faut s’appuyer sur la lettre de la règle, recommande Didier Delpeyrou. À l’inverse, plus il sera impliqué dans la gouvernance et plus il faut faire appel à l’esprit de celle-ci. »

Une constante toutefois : toujours assumer ses décisions – ce qui n’empêche pas, si besoin, de faire appel à l’avis d’un collègue. Car « si on rumine sur un choix, on risque de manquer le suivant », pointe Benoît Bastien. Et, dans tous les cas, revenir sur le match dans une supervision collégiale, une fois la partie gagnée (ou perdue) : la meilleure façon de progresser pour devenir, peu à peu, un arbitre de classe internationale.

Catherine Piraud-Rouet

Publié dans le magazine Direction[s] N° 226 - janvier 2024






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 232 - juillet 2024
ESSMS. À fond le sport
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

DIRECTEUR·RICE GÉNÉRAL·E DU CDEF 93

Conseil Départemental de la Seine Saint Denis

MEDECIN REFERENT MALADIES INFECTIEUSES

UDAF DE LA MARNE

DIRECTEUR DE POLE (H/F)

Le Département de la Manche

Responsable du territoire de solidarité Coutançais (f/h)

Département du Val-de-Marne

GESTIONNAIRE COMPTABLE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Logo Trophée 2

Participez au Trophée Direction[s] 2024 !

Sous le haut patronage de :

Fadila Khattabi, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et des Personnes handicapées,

et

Sarah El Haïry, ministre déléguée chargée de l’Enfance, de la Jeunesse et des Familles.

 

En partenariat avec :

Logo Axiome