Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Majeurs protégés
« L’AAH est sauvegardée »

19/02/2020

Le Conseil d’État a partiellement annulé le décret réformant le financement des mesures de protection [1]. Une victoire des associations au service des majeurs protégés.

Que signifie cette décision ?

Ange Finistrosa. Le décret, préparé précipitamment sur injonction de Bercy, prévoyait la suppression de la franchise sanctuarisant les revenus inférieurs au montant de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) [2]. Cela revenait à faire contribuer les personnes à hauteur de 0,6 % de leur aide dès le premier euro supplémentaire perçu. Le Conseil d’État a supprimé cette disposition jugée « manifestement disproportionnée », préservant ainsi les plus vulnérables d’une hausse de la participation à leur mesure de protection.

Le secteur ne s’est-il pas tiré une balle dans le pied ?

A. F. C’est sûr qu’attaquer ce texte n’était pas une décision facile, car il garantissait aussi le financement des services. Placé à la croisée d'intérêts divergents, le secteur associatif à l’origine du recours [3] a pourtant fait le choix de défendre ceux des personnes. Ce non sans avoir maintes fois alerté en amont sur la faute politique que représentait une telle mesure. Laquelle a conduit, en outre, à brouiller l'action de ce gouvernement qui avait eu le courage de revaloriser l’AAH.  

Quels impacts pour les gestionnaires ?

A. F. Les sommes prélevées à ce titre aux personnes doivent leur être remboursées, et ce à compter du 1er septembre 2018. Soit quelque 16 millions d’euros au niveau national, selon nos estimations. Nous discutons avec la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) des incidences de cette annulation qui affecte les budgets 2018, 2019 et même du début 2020. On voit mal comment l’État pourrait refuser d’en endosser la responsabilité financière… Au-delà, tout cela illustre le manque de gestion cohérente du secteur, qui souffre toujours d’un défaut de pilotage et de gouvernance.

Décision du 12 février 2020

[1] Décret n°2018-767 du 31 août 2018

[2] Lire Direction[s] n° 168, p. 14

[3] Recours porté avec l'Unaf et l’Unapei.

Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 184 - mars 2020






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 203 - décembre 2021
Baromètre Direction(s). Manque d'attractivité, le seuil d'alerte est dépassé
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Ville de Romainville

RESPONSABLE DE CENTRE SOCIAL (H/F)

Résidence d’Automne - APADIC

DIRECTEUR EHPAD H/F

Les PEP CBFC

Directeur de Pôle Préventions et Soins H/F

ADDSEA Sauvegarde Bourgogne Franche Comté

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

Maison Départementale de l'Enfance

Chef de service éducatif H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.