Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Structures d'hébergement pour demandeurs d'asile
Enfreindre les règles de sécurité peut entraîner la fin de la prise en charge

27/06/2018

Le juge des référés du Conseil d'État a récemment approuvé l'Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii) d'avoir retiré le bénéfice des conditions matérielles d'accueil à un demandeur d'asile ayant enfreint, de manière répétée, les règles de sécurité de la structure qui l'hébergeait.

Si la décision concerne en l'espèce un centre d'accueil et d'orientation (CAO), elle intéresse toute structure d'hébergement des demandeurs d'asile, notamment les CADA. Elle éclaire, de manière inédite, la notion de "manquement grave au règlement du lieu d'hébergement" pouvant justifier, depuis la loi "asile" du 29 juillet 2015, le retrait du bénéfice des conditions matérielles d'accueil.

Manquement grave au règlement intérieur

Dans l'affaire soumise à la Haute juridiction, le gestionnaire du CAO avait signalé à l'Ofii, comme lui impose la réglementation, que l'un des usagers allumait la gazinière de son logement (insuffisamment chauffé selon l'intéressé) afin de s’en servir comme source de chaleur. Ce, au risque de provoquer un incendie et en violation de l'article 5 du règlement de fonctionnement du lieu d'hébergement aux termes duquel "l'incendie est un point de sécurité essentiel dans le cadre de vie collectif".

L'Ofii a considéré qu'un tel comportement caractérisait un manquement grave au règlement du lieu d'hébergement justifiant un retrait des conditions matérielles d'accueil - dont la fin de l'hébergement-, conformément aux règles prévues depuis la réforme du droit d'asile intervenue à l'été 2015.

Pas d'atteinte au droit d'asile

Ce raisonnement est conforté par le juge des référés du Conseil d'État. Lequel considère, à l'appui du règlement intérieur du CAO, que les circonstances évoquées par le demandeur d'asile (logement insuffisamment chauffé et état de santé dégradé), "à les supposer établies, ne sauraient justifier la méconnaissance [des] règles de sécurité" de la structure d'hébergement.

Le Conseil d'État ajoute par ailleurs que le retrait des conditions matérielles d'accueil ne porte pas, en l'espèce, une atteinte grave et manifestement illégale au droit constitutionnel d'asile.

Source : ordonnance du juge des référés du Conseil d'État, 13 juin 2018.

Sybilline Chassat-Philippe






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 214 - décembre 2022
Dossier spécial. Trophée 2022
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
SESAME AUTISME OCCITANIE EST

DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES (H/F)

Département de la Haute-Savoie

RESPONSABLE TECHNIQUE (H/F)

EHPAD LE VALLON

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT (H/F)

Association Foyer Saint Rémi

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT (H/F)

FAIRE

CHEF DE SERVICE EDUCATIF


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

La cérémonie de remise des prix s'est tenue le 1er décembre, à Paris.
Bravo à tous les lauréats !


En partenariat avec :